Hajimete no Gal, le minimum d’amour

 

L’amour et le sexe sont intimement liés. Vous en êtes la preuve si un jour vos parents se sont sincèrement aimés.

 

L’un ne va pas sans l’autre car si l’un des deux manque à l’appel, l’autre perd son sens et finit par se demander pourquoi est-ce qu’il est sur Terre. Même dans une soi-disant relation de cul il y a forcément un minimum d’amour bien que ce soit le sexe et l’odeur de transpiration qui prennent le dessus. Sans ce minimum d’amour vous êtes soit un violeur, soit un serial killer qui aime violer ses victimes avant ou après son crime. Et par extension, l’extrême exemple inverse de l’amour total fait de vous un amoureux transi extrêmement chiant. C’est paradoxal mais en même temps ça va dans le sens de la recherche d’équilibre car ce n’est pas en vidant votre pot de sel dans votre sauce que vous la rendrez meilleure.

Quoiqu’il en soit, je ne suis pas là pour vous donner des conseils, il est parfaitement possible que vous vous en sortiez mieux que moi et je ne vous en tiendrai pas rigueur.

Je ne suis pas jaloux contrairement aux « amis » de Jun’ichi, héros malgré lui de Hajimete no Gal (Gyaru), le manga de Meguru Ueno que je vous présente aujourd’hui. Je dis Malgré lui car si on lui avait demandé d’être le héros de cette histoire, il aurait refusé, hors de question qu’on expose ainsi son for intérieur de branleur invétéré. Et j’ai mis des guillemets à ses amis car théoriquement un ami est quelqu’un qui est heureux de vous voir vivre de belles choses comme avoir de nouvelles Jordan, trouver un bon boulot ou parvenir à sortir avec la fille de vos rêves. Or, ses amis sont le genre d’individus mesquins qui vous poussent dans les bras d’une fille pour le plaisir de vous voir vous vautrer, exorcisant au passage leur propre incapacité à aller voir cette fille, puis, constatant que non seulement vous ne vous vautrez pas mais que vous risquez de perdre votre virginité avant eux, s’empressent de vous mettre des bâtons dans les roues en vous balançant des théories à deux balles. Le genre d’amis qui méritent d’être mis entre parenthèses par un miracle qui s’appelle la maturité.

Dans la vraie vie, accepter de se faire saboter, pour ne pas perdre des amis un peu trop farceurs, peut vous faire passer à côté de la femme de votre vie.

Surtout si vous avez plus confiance en vos amis qu’en vous-même.

Yukana Yame est la camarade de classe qui occupe les pensées de Jun’ichi. Ce dernier est surpris de la voir accepter de sortir avec lui. Cependant, les mauvais conseils, donnés par des amis qui n’ont jamais vécu sa situation, le mettent à chaque fois dans des situations gênantes pour lui mais hilarantes pour le lecteur.

En effet, Yame est une Gyaru c’est à dire une jeune fille japonaise au style bigarré, sexy et provoquant. Dans la société japonaise où le respect des conventions sociales est presqu’une question de vie ou de mort, ces filles ont une réputation de putes, de filles avec lesquelles il est très facile de coucher. Du coup grâce aux conseils stupides de ses amis Jun’ichi n’a que des stéréotypes sur sa nouvelle petite amie.

Réussira-t-il à construire une relation solide avec cette fille qui sort des sentiers battus ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s