Nihonmatsu Kyoudai to Mokuzou Keikoku no Bouken

« L’aventure de la vallée de bois« 

 

Je n’ai pas de plus gros guillemets. Malgré une recherche intense dans ma boite à outils, je n’ai pas trouvé de guillemets suffisamment gros pour masquer mon embarras lorsque je me dis que je n’ai pas les mots pour expliquer ce titre qui ressemble au nom d’un parc d’attractions que personne ne connaît.

 

 

La sœur de glace et son frère de feu

 

Vous allez finir par croire que Otaku Desuka est obsédé par les phénomènes mystiques. En effet, je constate que plus d’un article sur deux traite d’un sujet lié à l’occulte et aux forces obscures de l’esprit mais comme je fais ce que je veux et bien je continue.

Le manga du jour est un plat qui se mange froid comme la vengeance d’esprits ou de démons qui s’en viennent posséder les objets ou bien l’âme des gens.

Les frères et sœurs Nihonmatsu sont des exorcistes qui soufflent le chaud et le froid sur leurs ennemis. Plus précisément, Yukio, Madame ma sœur, est une sorte de mi humaine au tempérament de feu, mi Yuki Onna, dame des neiges dans le folklore japonais, tandis que Akahiko, Monsieur mon frère, est un mi humain pas sûr de lui, mi Akuma, c’est à dire un esprit du feu. La glace de la sœur et le feu du frère s’associent afin d’exorciser ceux qui se sont fait possédés.

Dans The Nihonmatsu Siblings (titre raccourci car c’est plus pratique), il y a deux types d’exorcistes, l’exorciste devin spécialisé dans la médiation culturelle entre les humains et les démons et l’exorciste bourrin, expert dans la répression et la soumission des démons. Les frères et soeurs exorcistes appartiennent à la première catégorie, leur principal concurrent sur le marché de l’exorcisme, Reidou Tenkichi, appartient à la deuxième.

Leur affrontement est malencontreusement provoqué par une jeune fille issue du village des dieux de la chance qui a cherché refuge chez les Nihonmatsu alors qu’elle était l’esclave de Reidou Tenkichi.

Après l’avoir arraché des mains de ses sauveurs, l’exorciste Reidou fomente une razzia sur le village des dieux de la chance afin de les réduire en esclavage. Arrivera t’il à ses fins ?

 

Ouvrir les portes qui aèrent l’esprit 

 

Soulager une âme du mal qui la ronge est une activité noble je le concède mais si j’avais le choix, je n’exorciserai que de charmantes jeunes femmes. J’exorciserai leur slip afin que les démons qui hantent les slips soient réduit hors d’état de nuire.

Blague à part, Nihonmatsu Siblings est un manga qui m’a tout de suite fait penser à Sengoku Youko ce qui en soit constitue une qualité remarquable. Le plus drôle c’est que Mizukami Satoshi est l’auteur de Sengoku Youko ! On est ravi de retrouver ce mangaka que l’on apprécie tant.

Au niveau graphique, ce trait caractéristique qui donne l’impression de ne pas être maîtrisé apporte à cette œuvre le charme de l’innocence. Les phases d’action ont ce twist subtil qui dynamise les échanges d’amabilités, les combats sont nerveux mais d’une extrême clarté, il n’y a rien de fouillis, des vues d’ensemble aux phases rapprochées le rendu va à l’essentiel d’une manière extrêmement rythmée.

L’histoire a un bon fil conducteur, des trames au dessus desquelles plane un nuage de mystères, un flou artistique qui donne envie de voir à travers l’esprit de l’auteur afin de s’assurer qu’il y aura bien une suite à ces trois premiers chapitres.

Un manga à découvrir si l’on pense que le monde est devenu fou.

 

Mangaka : Mizukami Satoshi

Magazine de prépublication : Young King Ours

Éditeur : Shonen Gahosha

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s