Yuki ni Tsubasa, quand l’amour vous donne des ailes

Encore un manga sortie de notre radar à productions de qualité pour une raison que nous ignorons. L’irrégularité du rythme de parution sans doute et comme un jour mes lectrices vont réellement me taper bien fort sur le bout des doigts, je jure pour la dernière fois que c’est la dernière fois que je vous  sert cette excuse. 

Une comédie romantique de plus où le héros monte à cheval pour conquérir les monts et merveilles de sa belle ?

Le héros de l’histoire du jour n’est pas exempte de tout reproche, on ne peut pas dire que son comportement soit exemplaire. Tsubasa est un Esper, il fait montre de pouvoirs extra sensoriels qui ne lui servent pas à grand chose.

Il finit d’ailleurs par intégrer une équipe locale de délinquants, des branquignoles à la petite semaine l’ayant suffisamment gêné aux entournures pour qu’il vienne gonfler leur rang.

Tsubasa, le héros de l’ombre

 

Tsubasa, que les enfants de la salle d’arcades nomment affectueusement Oni-chan (grand frère), ne dispose pas de pouvoirs psychiques très développés, à part soulever son manga ou éteindre la télévision de manière télé-kinésique.

C’était avant de découvrir une nouvelle corde à son arc, un aspect de son pouvoir dont il n’avait pas conscience jusqu’à présent car jusqu’à ce qu’un événement ne lui fasse entendre dans sa tête une voix qui n’est pas la sienne, Tsubasa ignorait qu’en plus de la télékinésie, il avait aussi des dons de télépathe.

Lui, ce geek inutile aux talents d’hardcore gamer, spécialiste du personnage de Sakura de Street Fighter V. Lui, le lâche qui fuit les conflits et se réfugie dans sa bulle, est capable d’insuffler au corps de Yuki, une jeune fille muette, les quarts de tour avant et demi tour arrière de son personnage favori. C’est un peu comme si j’étais possédé par l’esprit de Terry Bogard un soir, seul face à une horde de loups. Je traverse la rue en balançant des Rising Tackle à tout va, personne ne touche le sol sans ma permission, vous restez tous en l’air le temps que ma barre de furie baisse peu à peu. Puis je termine par un solide Power Geyser, un peu comme si vous vous preniez les chutes Victoria sous la forme d’un uppercut. Ne faites pas semblant de ne pas comprendre.

Tsubasa se rachète une conscience à peu de frais car c’est lui qui a indiqué à son équipe de bras cassés que la jeune femme était muette, et sans cette indication, ces lâches n’auraient pas tenté de la violer.

Sous le choc de sa connexion télépathique avec Yuki dont il peut contrôler le corps de manière télékinésique, Tsubasa se retrouve dans un formidable quiproquo car Yuki est persuadé que ces pouvoirs sont les siens et Tsubasa n’ose pas la contredire. Après avoir renoncé à lui effacer la mémoire de peur qu’il ne révèle son existence au monde entier, Yuki lui fait promettre de partager avec elle son secret. Ainsi commence une histoire improbable entre une jeune femme pensant avoir des pouvoirs et un jeune homme ne pouvant pas dire que ce sont les siens.

Plongez vous d’urgence dans ce bain de jouvence dont le style graphique aux accents Fuli Culien vous tiendra en haleine le long de ses 8 volumes.

 

Mangaka/  Takahashi Shin

Éditeur Japonais/  Kodansha

Prépublication/   Young Magazine

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.