Vanilla Spider, la petite bête qui a mangé la grosse

Entre nous, lorsque les tenants et les aboutissants nous le permettent, nous rêvons d’un événement auquel vous serez tous conviés.

Nous le voyons comme un Sundance Festival du manga, dédié aux professionnels et aux amateurs éclairés. Avec des mécènes portant le foulard autour du cou, hiver comme été, des observateurs avertis, avides de l’œuvre qui trace son propre sillon plutôt que de celles qui dansent en slip dans celui que les mangas à succès ont creusé eux même.

 

Nous ferons des selfies en dégustant l’okonomiyaki le plus sexy du monde, le cosplay de Seiyar nous récitera le testament d’Ayoros avant d’éclater en sanglots sous le coup de l’émotion, une agence de voyage, flairant l’occasion d’un bon coup de pub, lui offrira un séjour au Cap Sounion afin de le requinquer.

En attendant de vivre cette situation dans le réel, nous vous invitons à prendre l’habitude de passer dire bonjour sur le site. Et n’oubliez pas de partager tout l’amour que vous avez pour nous. Car, apparemment, il nous serait vivement conseillé de profiter à fond de ces moments de partage et de convivialité afin de nous préparer à l’invasion extraterrestre que nous allons vivre dans Vanilla Spider, un manga de Abe Youichi. À ne confondre avec l’abbé Soury, ça n’est absolument pas drôle mais j’avais tellement envie de la faire.

Au passage, j’invite fortement les arachnophobes à ne pas poursuivre la lecture de cet article sous peine de jeter en l’air leur mobile, leur tablette ou leur ordinateur à la vue d’une de ces charmantes petites bestioles.

 

About a year ago, year ago

 

Lorsqu’une toile d’araignée de la taille du ciel est apparue au-dessus de la tête des habitants de ce pays dont on ne connaît pas le nom, les médias ont commencé par massivement couvrir cet événement. Puis, voyant qu’il ne se passait rien de spécial, les médias et leur public, adepte de FakeNews télévisées, se sont peu à peu désintéressés de cette immense toile, la panique cédant sa place à l’indifférence des gens s’en retournant à leur pain quotidien.

Pourtant, le jeune Amedome Tsutsuji goûte peu à l’insouciance ambiante, il sent dans l’air, tout autour de lui, l’odeur que la mort laisse derrière elle.

À mesure que l’attention du public baisse, la sienne ne cesse d’être alertée par l’activité des mystérieuses créatures qu’il a cru apercevoir de temps à autre depuis l’apparition de la toile.

Et l’on ne saurait lui donner tort car dans une des premières planches du manga, on peut voire clairement une de ses créatures en train de mettre à sécher sa nouvelle seconde peau qui lui donne une apparence humaine. De là à dire que la peau humaine leur va comme un gant, je ne me risquerai pas à cette seconde mauvaise blague qui risque de ruiner à jamais l’intérêt de cet article.

Tsutsuji n’est pas attentif à l’activité clandestine de ces extraterrestres dans la seule optique de sauver sa vie, il souhaite avant tout veiller sur une jeune fille de son école se prénommant Mizuno. Lui que personne ne remarque, au point que certains camarades le surnomment le ninja, va mettre à profit cette discrétion naturelle afin de prendre chaque jour Mizuno en filature dans le but de veiller sur elle.

À la suite d’une de ces filatures, il fait connaissance avec l’extraterrestre de la première planche qui lui fait comprendre que ces créatures ne sont pas aussi sympathiques que lui. Ce visiteur de l’espace, ayant élu domicile sur Terre, lui propose de lui offrir une arme afin de lutter contre l’invasion des araignées extraterrestres.

Cependant, lorsque dans la conversation son oreille se détache de son corps, s’en est trop pour Tsutsuji qui prend ses jambes à son cou.

Un jour, alors qu’il s’était quelque peu assoupi lors de sa dernière heure de cours, il surpris un de ses camarades de classe en train de dévorer une jeune fille à laquelle il avait offert une lettre d’amour.

À la recherche de Mizuno, il la retrouve entourée de ses amies en train de lire une lettre d’amour écrite par le camarade parasité par une araignée mutante.

 

Retrouvera t’il l’extraterrestre à temps afin de pouvoir sauver son amie ?

 

Plus rien ne t’étonne

 

J’entends d’ici certains se dire à juste titre que la réaction de l’humanité face à l’apparition de cette toile d’araignée géante est invraisemblable. En effet, comment est-ce que les humains peuvent passer de la panique généralisée à l’indifférence la plus totale face à ce mystère qui plane au-dessus de leur tête ?

Il est beaucoup plus facile d’être indifférent lorsque l’on ne se sent pas concerné et l’on se sent concerné lorsque l’on ressent un danger pour notre vie. Si d’immenses araignées tueuses d’hommes étaient descendues en rappel de la géante toile, les réactions auraient sans doute été différentes mais la différence entre les superproductions américaines spectaculaires et un manga comme Vanilla Spider réside dans la taille et le mode opératoire des envahisseurs. De taille extrêmement réduite, leur modus operandi très rapide et discret les rend indétectable si ce n’est pour les êtres hyper sensibles comme Tsutsuji et son acolyte extraterrestre. C’est ce qui leur permet de se substituer peu à peu à la race humaine sans que cette dernière ne s’en aperçoive.

 

À travers cet article mon objectif n’est pas de faire écho aux théories xénophobes de  » Grand remplacement « .

Les hommes ont pris la suite des dinosaures sans que ces derniers n’aient leur mot à dire. La pastèque d’aujourd’hui est différente de la pastèque que nos ancêtres ont connue, le monde évolue et le réchauffement climatique accélère sa mutation. Les insectes de demain seront différents de ceux d’aujourd’hui. Et personne ne comprend le manuscrit de Voynich.

J’essaie d’employer  un langage élaboré car nous sommes peut-être la dernière génération qui s’exprimera en langue humaine.

Les prochains parleront sûrement une langue binaire.

Je leur dédie ces expressions surannées pleine de toile d’araignée pour que les enfants du futur sachent qu’un jour, les mots ont vraiment existé.

 

 

Magazine de prépublication : Bessatsu Shonen Magazine

Éditeur japonais : Kodansha

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s