Jujutsu Kaisen, le club du paranormal

Le système scolaire japonais a des particularités que j’ai toujours trouvé originales. La notion de tutorat des aînés vis à vis des plus jeunes est très développée, les élèves qui portent ce fameux uniforme de joyeux loufoques, les kermesses que l’on filme avec joie, les lettres d’amour que l’on glisse dans le casier du beau gosse du lycée, le nettoyage des locaux qui est confié aux élèves… Heu.. Pardon madame ? Qu’est-ce qu’on me raconte, ai-je bien entendu ? Au pays des robots, les élèves nettoient les.. Toilettes de l’école ?!

Un lieu que certains ne visitent jamais à cause de tous ceux qui y ont laissé des traces derrière eux ? Une odeur d’antichambre de la folie ? Une journée en enfer ?

J’aime bien le Japon mais laissez-moi tranquille, je ne nettoie que le fruit de mon travail. Je ne mets pas mes mains dans ce cambouis là. Adieu.

 

La vie scolaire

 

Grâce à l’amour que la direction du lycée vous porte, il y a quand même une vie en dehors des toilettes des écoles japonaises. Une vie animée après les heures de cours par l’activité débordante des clubs scolaires. Des clubs à thématique sportive, des clubs de soutien scolaire, des clubs d’activités socio culturelles comme ce fameux club de danse traditionnelle… Le choix de l’activité est confié à la discrétion des étudiants notamment le ou la présidente du conseil des élèves.

Vu d’ici, cela a l’air étrange mais pour avoir une idée claire de ce système, c’est un peu comme si un élève français pratiquait une activité extrascolaire au sein de son école.

En termes de responsabilisation et d’apprentissage de la vie de groupe aux jeunes élèves, je trouve que l’on ne fait pas mieux.

J’espère pouvoir approfondir les bienfaits de ces clubs sur le développement personnel de l’élève dans un prochain article.

 

Kaisen no Jujutsu

 

Le manga du jour s’intéresse à un club à l’intitulé qui fait froid dans le dos. En effet, confieriez-vous le temps libre de votre enfant aux membres du club du paranormal ? Un club dont les membres pensent capter l’activité spirituelle de l’établissement ?

Composés de Yuji Itadori, le plus jeune que certains verraient plutôt dans le club d’athlétisme, Sasaki, la documentaliste à l’ancienne et Iguchi, un grand taciturne dont le rôle n’est pas encore clairement défini, cette joyeuse équipe est en conflit ouvert avec le président du conseil leur reprochant de ne pas lui remettre en bonne et dû forme leur rapports d’activité.

Précisons que le président est de religion cartésienne à tendance ultra-orthodoxe et que de ce fait l’activité de ce club entre en conflit avec sa raison.

Il souhaiterait récupérer les locaux occupés par ces farceurs afin d’en faire le vestiaire des demoiselles du club d’athlétisme.

Il est vrai que l’on aura un peu de mal à leur faire confiance surtout quand, après avoir soigneusement visionner le film de la kermesse, ils aperçoivent Sadako qui nous fait un coucou depuis l’au de-là.

 

Fighting Spirit

 

En parallèle à nos énergumènes, un garçon beaucoup plus sérieux semble mener une enquête qui ne déplairait pas à Sasaki.

En effet, Megumi Fushiguro, élève de seconde du lycée des arts mystiques, a été diligenté par son lycée suite à la détection d’une intense activité spirituelle aux abords du lycée où se déroule l’action.

Ce dernier explique à Itadori que le talisman qui protège son lycée est dans un piteux état.

Le talisman est une relique fonctionnant comme un catalyseur qui absorbe le mauvais sort et lorsque le sac de l’aspirateur est rempli c’est à dire lorsque le sceau du talisman s’affaiblit, ce dernier attise l’appétit des démons attirés par cette source d’énergie.

Fushiguro est donc venu récupérer cette relique avant que le sceau ne saute.

C’était sans compter sur Le club du paranormal qui a décidé de se réunir pendant la nuit afin de défaire le sceau pour voir si un démon apparaît. Est-ce que notre duo improvisé arrivera à temps avant l’ouverture du sceau ?

 

Jujutsu Nekketsu

 

L’article sur Shigerui avait pour objectif de remonter à la source des purs Nekketsu afin de démontrer que Saint Seiya, Dragon Ball, Hunter X Hunter, Naruto et aujourd’hui Black Clover sont tous des déclinaisons de ce Ying et de ce Yang, de la glace et du feu, de la fougue de Seiyar calmée par la tempérance de Shiryu dans le temple des Gémeaux à l’insouciance de Gon face aux calculs froids et permanent de Kirua.

Itadori et Fushiguro représentent la métaphore du corps et de l’esprit qui se complètent et s’apportent mutuellement ce qu’il manque à l’autre. Le premier chapitre laisse présager un binôme intéressant qui, je l’espère, aura le temps de s’installer dans le cœur des fans qui souvent manquent de patience. Le trop plein de fougue peut être une perte d’énergie.

Quand on est jeune, la jeunesse est un âge, quand on vieillit, on pense qu’elle est un flambeau que l’on transmet, au seuil de la mort, on se rend compte que la jeunesse c’était la vie elle-même, la capacité de renaître pendant son existence, la possibilité de changer de direction, l’art de se renouveler, de muer afin de changer de peau tant que la vie nous habite.

Et si un jour vous avez la chance de visiter l’office de tourisme de Wakayama.

Évitez de sortir votre Yokai Watch en pensant que les Yokai sont disponibles en format de poche pour partir en balade avec vous. Car c’est vous qui finirez dans leur estomac.

 

 

Magazine de prépublication : Shuukan Shonen Jump

Editeur Japonais : Shueisha

Mangaka : AKUTAMI Gege

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.