Takunomi, l’auberge espagnole au pays du soleil levant

Souvent, lorsque que quelqu’un évoque sa région d’origine, il en parle comme si c’était son pays, sa terre natale, le chemin entre les collines qui ont vu grandir ses ancêtres, le lieu saint de ses racines qu’il porte dans son cœur partout où il va.

 

On n’a pas coutume de le dire mais lorsque l’on débarque de sa campagne, la ville est un nouveau pays pour le nouvel arrivant. Quand on arrive en ville, on veut faire en 24 h ce qu’on devrait faire en une semaine, on n’a pas le temps de prendre le temps, c’est mal vu, en ville on accélère jusqu’à l’infarctus mais comme chaque jour de nouveaux rêveurs arrivent on ne se rend pas compte de votre absence.

La ville consomme l’humain comme le carburant que les véhicules consument. L’humain devient une machine qui roule sur les autres afin d’atteindre les objectifs fixés par son N+1, N+1 qui sait que vous rêvez de prendre sa place et si vous n’êtes pas content, retournez dans votre pays de bisounours car les faibles sont inutiles ici.

C’est ainsi que l’héroïne du manga de Hino Haruto débarque à Tokyo.

Originaire de la province de Okoyama, la jeune Amatsuki Michiru est très nerveuse à l’idée de vivre dans cette grande ville qu’elle découvre pour la première fois et comme toutes celles qui arrivent, elle se demande comment s’adapter au rythme d’une mégalopole, elle se rend compte qu’elle n’était pas au fait des us et coutumes des villes, apprendre à faire la queue, apprendre à prendre l’escalator sans montrer aux autres que l’on a peur de le prendre.

Comment apprivoiser le tempérament survolté d’une ville qui ne dort jamais, sachant qu’il faut vite comprendre ce que peu de personnes expliquent, si bien que même lorsque l’on ne sait pas, il faut faire semblant de savoir car dans une ville le meilleur moyen de se faire avoir c’est d’avoir l’air perdu.

Heureusement que Midorikawa Kae qui fait office de gérante de l’auberge de femmes dans laquelle elle séjournera lui a donné rendez-vous à la gare de Tokyo dans secteur précis.

La jeune provinciale débarque sur la pointe des pieds à la Stella House Haruno où Kiriyama Nao, une colocataire pas encore remise de sa cuite de la veille, l’accueille de manière originale mais chaleureuse.

 

Maison Ikkoku

 

On prend plaisir à voir Michiru prendre de l’assurance dans ce manga qui se déguste comme une bière fraîche après une chaude journée.

Le character design est soigné, chaque personnage a les yeux qui pétillent d’une manière différente, on sent que ces jeunes femmes vont former une équipe soudée où chacune apportera sa contribution au bien-être de cette maison.

Takunomi c’est d’une certaine manière la version positive de Haruka Seventeen, au lieu d’être prise en main par de faux impresario mal intentionné, Michiru effectue le passage entre la campagne et Tokyo accompagnée par la bienveillance de ses colocataires.

L’auberge est certes un foyer de substitution dans lequel les règles communes forment le socle de la vie en collectivité, c’est aussi un pare-feu contre les pièges que les sirènes des grandes villes savent tendre aux jeunes filles qui rêvent.

Alors si les beaux jours vous donnent des envies de bord de mer, installez-vous délicatement dans un transat et plongez votre paille dans ce cocktail de positivité.

 

PS:  L’adaptation animée de ce manga semble être très cool, cliquez ici pour en avoir un aperçu.

 

Magazine de prépublication : Ura Sunday

Éditeur Japonais : Shogakukan

Mangaka : HINO Haruto

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.