Hisakata No Oto, une belle île en mer

Aujourd’hui, on vous présente un manga qui fleure bon l’été, un manga au ciel bleu où l’on respire un air iodé, une œuvre où le vent vous souffle des chansons qui vous rappelle le Club Dorothée.

 

Lorsque l’homme découvre un nouvel environnement, son cerveau se met en mode apprentissage afin d’évoluer dans ce nouvel espace en minimisant les sources de dangers. Pour schématiser, vous arrivez sur une île déserte et vous n’avez pas envie de croiser un serpent de 10 mètres de long qui va broyer vos os afin de faciliter sa digestion de votre corps.

Comment percevez-vous votre environnement ? Quelle est la nature de votre première impression ?

Êtes-vous marqué par ce que vous voyez ? Les couleurs, les formes du relief, l’architecture des lieux ? Vous êtes un visuel.

Est-ce la musicalité de l’endroit qui vous parle en premier ? Le vent qui siffle à travers des arbres que vous ne connaissez pas ? Les oiseaux qui chantent dans une langue nouvelle ? Vous êtes un auditif.

Si vous ne vous reconnaissez pas dans les deux premières catégories c’est sûrement parce que vous appartenez à la catégorie des kinesthésiques, vous avez besoin de mettre les mains à la pâte, de toucher ce que vous voyez afin de comprendre où vous êtes.

Théoriquement il n’y a que trois catégories mais compte tenu de ma sensibilité olfactive, je serai presque tenté de vous demander si vous n’êtes d’abord sensible à l’odeur, au parfum de cet endroit nouveau mais à ce qu’il paraît il n’existe que trois types d’apprenants, les visuels, les auditifs, et les kinesthésiques. À croire que l’on considère l’odorat comme un sens animal qui nous renvoie à l’homme de Neandertal.

Alors que la qualité de l’air et la fragrance qui le parfume nous indique le niveau d’hospitalité des lieux. Si à l’époque vous étiez arrivés deux, trois jours avant les derniers jours de Pompéi, vous auriez sans doute demandez aux habitants d’où vient cette odeur de souffre.

 

Le joyau au milieu de l’océan

 

Alors qu’il visitait un musée, Tatsumi Yuzuki, Prof de sciences économiques et sociales, reçoit l’appel d’une amie officiant à l’éducation nationale, en effet, le lycée de l’île d’Aoshima recherche un professeur dans la discipline qu’il enseigne. Tatsumi feint de ne connaître l’île que de nom alors qu’Aoshima est sa terre natale.

Ichinose Haru, amie d’enfance qu’il retrouve par hasard à la descente du ferry les menant à Aoshima, s’avèrent elle aussi être professeur dans le même lycée.

A la descente du ferry, Haru et les autres passagers se plaignent de l’absence de vent qui donne à cette journée d’été une moiteur qui n’a rien de poétique. Selon Haru, le vent a disparu de l’île depuis plusieurs années maintenant.

Alors que Yuzuki essaie de se réacclimater à la vie sur l’île qui l’a vu naitre, le jeune homme tombe plusieurs fois nez à nez avec une aigrette à laquelle il manque l’aile gauche. Ce cartésien devant l’Éternel ressent le besoin de toucher l’amulette qu’il porte sous son costume strict. Cette amulette contenant une pierre bleue lui a été offerte par sa mère décédée lorsqu’il avait quatorze ans.

Après s’être installé dans la maison que sa famille occupait lorsqu’ils habitaient l’île, il retrouve l’aigrette sur une branche de l’arbre de son jardin. En scrutant l’arbre de plus près, il pense d’abord déceler la forme d’une main qui s’avère en fait être une aile d’oiseau. Sans savoir pourquoi, il réussit à désincruster l’aile de l’arbre qui comme par magie retourne sur l’aigrette à laquelle il manquait une aile.

Et le vent se remet à souffler !

Comment Yuzuki a-t-il fait pour réparer la climatisation naturelle de l’île ? Quel est le lien mystérieux qui le relie à l’île ?

 

L’avis d’Otaku

 

J’ai particulièrement aimé le style graphique de ce manga de ISHII Asuka, on sent une grande maitrise dans le trait de ce jeune auteur qui a été gratifié de plusieurs prix venant récompenser son travail artistique. L’histoire est bien amenée, le mystère de cette île, qui semble communiquer avec Yuzuki, est intriguant. Vous ne vous ennuierez pas en lisant cette œuvre car les dialogues sont très agréables à suivre.

 

Club Dorothée

Nous tenons à dédier cet article à François Corbier, le seul et unique Corbier de Récré A2 et du Club Dorothée, le facétieux troubadour des programmes pour enfants qui ont contribué à l’existence d’un site comme celui-ci.

Le club Dorothée n’était pas qu’une émission destinée à divertir la jeunesse de France du milieu des années 80 au milieu des années 90, en effet, cette joyeuse équipe à la bonne humeur communicative a été notre première source d’information sur les mangas. Bien sûr, il existait d’excellents magazines tel que Génération 4 dans lequel on pouvait trouver dans la rubrique BD une ou deux chroniques de manga jetées en pâture au milieu de bedes destinées à un public plus averti, cependant ces magazines visaient un public plus mature et lorsque l’on a sept ans en 1987, on ne va pas faire semblant de comprendre le sens philosophique de L’Incal Noir. Alors on se rabat sur les Minipousse et Cosmo Cats en attendant que Son Goku et Seiyar viennent maîtriser notre fin d’après-midi.

Un programme en osmose parfaite avec ma journée d’été type ponctuée de Gamelles, de chats désignés par la Deli Delo et de Misters Freez bleus. Nous suivons l’épisode de manière détendu jusqu’au générique de fin où l’on aperçoit la source de notre bonheur qui n’est autre que le studio d’animation ayant réalisé nos dessins animés préférés, la Toei Animation.

Ça avait l’air de rien mais savoir cela nous donnait les premières pistes d’un outsourcing qui n’a cessé de s’étoffer jusqu’à aujourd’hui.

Sans compter la fameuse page du courrier des lecteurs du Dorothée magazine où Pascal nous apprenait ce qu’était un Shonen Jump. Pas mal pour une émission censée abrutir les enfants.

Nous dédions comme convenu cet article à Corbier, au Club Dorothée ainsi qu’à tous les abrutis à l’huile ayant étanché leur soif grâce à des glaces l’eau.

 

Mangaka : ISHII Asuka

Magazine de prépublication : Good Afternoon

Éditeur Japonais : Kodansha

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.