Radiation House, The Good Doctor

L’hôpital n’est pas vraiment un lieu qui prête à rire pourtant toutes celles et ceux qui ont eu l’occasion d’y effectuer un séjour plus ou moins long ont pu se rendre compte que le sens de l’humour des équipes médicales n’était pas une légende.

Dr House tire forcément son inspiration d’un médecin cynique mais drôle ayant vraiment existé. On ne peut pas inventé un personnage aussi complexe et incongru de toutes pièces à partir de la simple imagination fertile d’une équipe de scénaristes. Il faut avoir constaté l’existence d’un tel homme dans la réalité d’un contexte où un tel homme n’est pas imaginable tant son humour décapant et son addiction aux antidouleurs semblent aux antipodes de ce qui est bon pour la santé.
Je laisserai de côté l’addiction toxique cependant je ne peux que souscrire à l’idée que l’humour décapant a un réel pouvoir sur celui ou celle qui en fait les frais. C’est de la vanne qui muscle la gymnastique de l’esprit, des tournures qui arment le mental le rendant vif et tranchant pour répondre au tac au tac à toutes les piques que l’on recevra dans la vie.
Et puis un anti héros, un médecin avec des défauts est quand même plus humain, plus réaliste qu’un médecin superman qui à toutes heures de la journée ou de la nuit est frais et dispo pour sauver des vies.

Dans cette course au réalisme trash dans les scénarios des séries médicales de ces 10 dernières années, on se rend compte que le médecin a aussi des problèmes, le médecin peut lui aussi être un malade au point que l’on se demande qui soigne qui entre le malade et le médecin. Cependant, ce néo réalisme dans l’écriture introduit de nouveaux profils en la personne du Good Doctor autiste, un génie plus à l’aise avec des équations moléculaires que dans ses interactions avec le genre humain.

 

Imagerie médico-mentale

 

L’actu manga du jour met en lumière les travailleurs de l’ombre que l’on aperçoit à peine lorsque l’on effectue des examens poussés à l’hôpital.
Des praticiens hautement qualifiés que vous rencontrez brièvement lorsque votre médecin a besoin de voir l’intérieur de votre corps à travers des radios qu’il vous expliquera.
Le premier service de radiologie que j’ai fréquenté m’a fait penser à la série classique de 1966, Mission Impossible, j’avais l’impression d’entrer dans un laboratoire de Tchernobyl lorsque sur les sasses de sécurité on aperçoit le symbole de la radioactivité vous alertant de risques d’expositions à des rayonnements ionisants.
Radiation House nous présente une galerie de personnages variée où chacun a des particularités qui les distinguent les uns des autres. Dans cette équipe chapeautée par le professeur Kaburagi, Igarashi est le jeune génie lunaire que l’on a du mal à sortir de sa bulle, Amakasu An est l’amour de jeunesse d’Igarashi, une tsundere caricaturale qui se réfugie dans son statut de docteur en radiologie pour sadiser les techniciens. Elle est la fille de l’ancien directeur de l’hôpital dans lequel elle exerce et à ce titre, elle prend parfois des décisions brutales pour asseoir son autorité malgré son jeune âge, Hirose Hirono est une nouvelle recrue dans l’équipe des techniciens en radiologie, jeune femme peu sûre d’elle au physique pulpeux, Hirose est une pipelette qui l’air de rien assure la cohésion au sein du groupe.
Une mission que le jeune geek Yuuki Rin aurait du mal à assumer tant il est coincé dans ce monde où les circuits imprimés sont les plus belles des œuvres d’art ! Ce jeune homme peut les observer pendant des heures sans se lasser. Kurohane Tamaki est la vieille fille sexy que tout jeune homme rêve de connaître au moins une fois dans sa vie, pas deux sinon ils finissent comme Nokishita Gorou, la victime officielle de Kurohane qui se fait tirer les cheveux lorsqu’il veut souhaiter la bienvenue à la nouvelle recrue. Le dernier membre de ce staff technique est Inou Kei, le sex symbol de l’équipe, un homme qui vit dans son monde, un monde aussi lunaire que celui d’Igarashi.

Servie par un character design absolument fabuleux, l’un des meilleurs que l’on a pu voir ces derniers mois, Radiation House nous raconte une histoire classique de manière originale, une histoire qui tient lieu dans un contexte qui n’est pas très souvent dépeint d’une manière aussi clinique et détaillée dans le monde du manga.

Plongez dans ce manga afin de comprendre pourquoi vous ne pouvez pas vous soigner vous même.

 

Mangaka : YOKOMAKU Tomohiro

Scénariste : MORI Taishi

Magazine de prépublication : Grand Jump

Éditeur japonais : Shueisha

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.