Arcadia of the Moonlight, la princesse qui règne sur la Lune

Je ne suis pas un fan de Shingeki No Kyojin. Je ne dis pas ça pour faire l’intéressant surtout quand on voit le nombre impressionnant de fans de cette série dans le monde et en France notamment. J’ai d’abord aimé ce manga où des géants apparemment mordus de football s’amusent à mettre des shoots dans des fiacres ou autres carrioles vaquant à leur occupation.

Des titans à la dent dure qui croquent les humains comme des nuggets de poulet, ça fait rire un temps mais au bout d’un moment le comique de répétition finit par lasser d’autant plus que le concept de L’attaque des titans n’était pas nouveau. En lisant ce manga, j’avais une claire impression de déjà vu.
Parfois un mangaka peut avoir une idée de manga en feuilletant le manga d’un collègue à l’imagination plus fournie que la sienne et c’est ce qui a dû arriver à l’auteur de Shingeki No Kyojin lorsqu’il a lu Claymore sorti en 2001, bien avant l’Attaque des Titans.
Claymore était une œuvre géniale qui fourmillait d’idées, un fouillis créatif qui a fini par perdre son fil conducteur dans un espace indéfini. Le rythme des publications a commencé à s’enrayer au point que la série s’est terminée en 2014 dans un anonymat presque total.
J’apprécie beaucoup certains personnages de Shingeki No Kyojin, Mikasa es tu casa, Levi est un Meslut Ozil motivé, l’écriture est agréable mais je suis allergique à Eren. Je le déteste autant que Asta de Black Clover, je ne supporte pas les personnages qui donnent l’impression de n’avoir qu’une expression du visage. Tous les autres rient et pleurent alors que lui arbore sur chaque planche cette même expression dérangeante, ces grands yeux grands ouverts à croire qu’il souffre depuis la naissance du syndrome des yeux exorbités. Je ne comprends pas le projet de l’auteur à travers ce personnage qui semble ne jamais trouver le repos.
On croirait qu’il cherche à insuffler un stress post traumatique dans l’esprit du public à travers lui.

 

Moonlight Shadow

Le manga du jour nous raconte l’histoire de Rashil et Leana.
Rashil vit avec son grand père sur une planète inconnue. Il y rencontre Leana habitante d’une lune voisine de la planète de Rashil qui se révèle être une princesse qui cherche à échapper à un coup d’État mené par une faction de l’armée de son royaume.
Alors qu’elle pensait les avoir semé lorsqu’elle expliquait à Rashil la raison de sa présence sur sa planète d’adoption, voilà du boudin, voilà qu’ils l’ont suivi à la trace bien décidé à se servir d’elle pour légitimer leur pouvoir. Rashil révèle alors un pouvoir aux propriétés aussi inattendue qu’extrêmement efficace, en effet Rashil est capable d’absorber l’énergie photon, à ne pas confondre avec les Futon, Doton ou Katon de Naruto
Sachant qu’un photon est la particule élémentaire de la lumière, on vous laisse imaginer à quelle vitesse le jeune homme se déplace.
Arcadia of the Moonlight est un One Shot, une récréation que l’auteur s’accorde avant de se lancer dans une nouvelle œuvre. On espère sincèrement que son prochain manga ait plus de succès que les œuvres qu’il inspirera aux autres mangakas.

 

Mangaka : Yagi Norihiro

Magazine de prépublication : Shuukan Shounen Jump

Editeur japonais : Shueisha

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.