Un menu manga spécial Halloween 2018

Aujourd’hui, on vous a concocté un menu spécial Halloween, une sélection à base d’abats, des rognons bien grognons, du foie et du cœur aux petits oignons, hors d’œuvre d’un moignon de veau et de sa purée de citrouille sans oublier le dessert qui arrivera comme une note d’espoir au milieu de toutes ces entrailles à l’air libre.

Aucun plat ne se baladant seul, de peur d’être dévorés par les mort-vivants, les zombies de loups et autres morfales qui rodent attirés par l’odeur de la vie et le parfum des légumes, chaque plat est accompagné d’un cocktail spiritueux qui à défaut d’eau bénite saura vous défendre contre les démons qui remontent à la surface lors de cette période de l’année.

 

Route End

 

En entrée, on commence par le début de la fin de ce menu anti-déprime, la fin qui marque le début d’une vie nouvelle pour le défunt mais comme la vie continue pour les vivants, il faut bien nettoyer le lieu où le mort est décédé. Pour cela, on fait appel à des sociétés de nettoyage de scènes de crime, spécialisées dans la désinfection des lieus où les fluides des corps ensanglantés, putréfiés parfois, se sont répandus. Édité par les Éditions Ki-oon, Route End de Nakagawa Kaiji nous plonge dans le travail quotidien de Taji Haruno, nettoyeur de scènes de crimes. Taji Haruno est lui-même familier des scènes de crimes vu que la première qu’il a vu est celle du suicide de sa mère. Depuis, il aime nettoyer les traces que les morts laissent derrière eux. Peu à peu, au fil du récit la similarité de certaines scènes de crime va le conduire sur la piste d’un serial killer qui comme chacun sait aiment tuer les gens à chaque fois de la même manière. On ne dévoilera pas la recette de ce thriller aussi frais qu’une salade de chou rouge à l’huile de noisette que l’on accompagnera d’un Côte de Lubéron Blanc, un cépage capiteux au corps rond qui viendra adoucir la légère aigreur du choux. On aime bien cette ambiance qui nous rappelle les premières saisons de 6 Feet Under.

Et puis, avouez que c’est quand même sympa, pour Halloween, une entrée avec des petits bouts de gésier confits qui se coincent entre vos dents.

Route End, édité par Ki-oon, disponible chez Amazon, cliquez ici

Salade de choux rouges aux gésiers confits – Marie-Claire
Côte de Lubéron Blanc

Shin Yami No Koe

 

Le plat de résistance vous est préparé par le maitre de l’horreur japonaise, le chef étoilé des histoires lugubres servie sur un lit d’angoisse à laquelle s’ajoute une note d’amertume qui ravira les fans d’aigre doux. A travers ce recueil de petites histoires, Junji Ito nous narre les aventures de différents personnages qui ont la particularité d’être tous des imbéciles. De véritables idiots qui ont cherché à vivre les horreurs qui leur arrivent.

La première tête de vainqueur est un imbécile qui sourit avec des clous coincés entre les dents. Ce jeune garçon que sa mère gâte trop n’a absolument aucune limite lorsqu’il s’agit de faire chier son monde. En plus de cracher des clous qui se plantent un peu partout, l’idiot s’est entiché de l’illusion du pouvoir que donne la magie noire, s’amusant à lancer des sorts à ses frères et sœurs.

Le deuxième champion du monde est un idiot qui a entendu parler d’une sinistre légende à propos d’un village. Et comme tous les imbéciles qui se respectent, ce jeune homme a voulu vérifier par lui-même la véracité de ce que l’on raconte sur cette montagne où deux villages orientant des miroirs l’un vers l’autre se font face comme deux armées en guerre.

Il va s’en dire qu’il trouvera la réponse à ses questions à ses dépends et qu’avec toute la compassion du monde, on aura du mal à le plaindre.

Le troisième personnage né sous le signe de la bêtise est un jeune homme qui conduit la nuit sur des routes inquiétantes où des jeunes femmes jouent au fantôme. Ça devrait suffire à faire fuir n’importe quelle personne censée mais l’imbécile ne pense pas comme une personne censée sinon il ne serait pas un imbécile. Du coup, il s’arrête la nuit en plein milieu de nulle part en pensant être un citoyen courageux. Ça fait un peu mal au cœur de se dire qu’il pensait réellement bien faire en embarquant cette jeune femme mutique au visage ensanglanté. Il apprendra grâce à elle qu’il a toujours été suivi de près par des fantômes de son passé mais il n’a pas de souci à se faire, les fantômes se marient très bien avec un burger bien dégoulinant de chez Five Guys, d’autant plus que vous pouvez le composez vous-mêmes ainsi les fantômes sauront à quelle sauce vous allez les manger. On vous conseille quand même les ognons et poivrons grillés relevés par quelques rondelles de piment Jalapeño qui vous feront transpirer toute la nuit. Pour apaiser les sueurs froides, on vous conseille un petit Mojito Royal, un breuvage pétillant qui vous mettra des bulles pleins les yeux.

Porn Food from Five Guys

Mojito Royal car vous êtes une reine

Opus

 

Pour achever ce repas qui ne veut pas mourir, on vous propose un dessert que vous aurez très souvent envie de refaire. Vous souhaiterez le reproduire autant de fois qu’un mangaka redessine une scène qu’il ne trouve pas assez vibrante à ses yeux. Et quand on a le niveau d’exigence de Satoshi Kon, on peut vous garantir que votre dessert sera parfait. Opus est une œuvre qui nous raconte l’histoire d’un mangaka qui ne sait pas trop comment terminer son manga. Les fans sont au rendez vous, l’éditeur lui fait les yeux doux mais cela n’empêche pas notre mangaka de se débattre avec lui-même en espérant quand même qu’on lui enverra un assistant qui s’occupera des arrières plans de ses dernières planches. Dans son Shonen au rythme endiablé, un des personnages principales est sur le point de mourir et malheureusement cette issue ne satisfait pas le personnage en question. Ce dernier a donc décidé d’inviter son créateur à l’intérieur du monde qu’il dessine afin qu’il comprenne les difficultés de son quotidien. On ne sait pas si un jour vous vous êtes imaginées plongées dans un monde que vous avez dessiné dans un coin de votre tête mais on vous conseille de dessiner gentiment à partir d’aujourd’hui car on ne sait jamais, vous pourriez un jour vous retrouver coincées dedans.

Un manga qui se déguste comme une tarte au dulce de lecce aux fraises et framboise suivi de près par un cocktail Gin & Ginger qui vous réchauffera le corps.

 

Tarte au dulce de leche aux fraises et framboises

 

Cocktail Gin & Ginger – Le Comptoir Irlandais

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.