Makinata, le petit pays que l’on aime beaucoup

Avec le passage à l’heure d’hiver, vous disposez d’une heure de plus pour rêver. On espère que cela vous permettra de visiter le pays le plus mignon au monde où Hakumei et Mikochi vous serviront de guides si vous avez le cœur pur qui caractérisent toutes les âmes d’enfant.

Car vous devrez avoir le cœur plus léger qu’une plume si vous souhaitez voyager sur le dos d’un oiseau qui vous offrira un panorama unique sur ce minuscule pays, un écosystème dont vous n’avez pas idée lorsque vous cueillez des champignons dans la foret.

 

Le Festival culturel de Makinata

 

En effet, dans le pays de Makinata, les citoyennes et citoyens mesure la taille d’une puce, ils sont invisibles à l’œil nu ce qui leur permet d’échapper à l’appétit des promoteurs immobiliers humains qui voudraient que le monde ressemble à l’idée qu’ils s’en font. Hakumei et Mikochi sont deux jeunes femmes au caractère diamétralement opposée ce qui les rend très complémentaires lorsqu’il s’agit d’appréhender les aventures que leur offrent la vie. Hakumei est une feu follette, une jeune femme pressée qui ne tient pas en place, une puce électrique tempérée par le caractère calme et reposant de Mikochi qui se laisse entrainer dans d’incroyables histoires pour veiller sur sa jeune amie.

A l’image de leur première aventure où elles vont à la rencontre d’un oiseau légendaire qui accorderait un vœu à ceux qui parviennent à le trouver. Où lorsque Mikochi se retrouve embarqué dans un concours de la Nouvelle Star locale qui consacrera la plus belle voix du pays de Makinata. Jusque là occupée à aider à la préparation des stands du festival annuel, la consciencieuse Mikochi arrive pour une fois en retard à son rendez vous avec Hakumei. Et cela peut se comprendre car lorsque vous êtes aussi grand qu’un pouce, éplucher une pomme peut vous occuper une bonne partie de la journée, le transport d’une courgette nécessite une logistique sophistiquée que seuls des coléoptères peuvent vous aider à mettre en place.

 

L’avis d’Otoko Desuka

 

Je suis un homme, Otoko 100% pur bœuf, certifié par la puissance dans mon slip mais pourtant, je dois avouer que mon cœur a été transporté par cette histoire servie par un character design aux petits oignons qui prend soin du moindre détail. Tout est beau dans ce manga de Kashiki Takuto dont la publication a démarrée en 2011 dans les magazines Harta et Fellows ! édités par Enterbrain. Des personnages ultra Kawai aux décors somptueux dans lesquels ils évoluent, vous prendrez énormément de plaisir à suivre les aventures de Hakumei et Mikochi dans un pays où la nature ne se fait pas de souci, l’harmonie étant au cœur de la vie de cette civilisation plus avancée que l’espèce humaine.

J’en profite pour rendre humblement hommage à Monsieur Philippe Gildas qui aurait beaucoup aimé ce pays où l’on se laisse guider par ce qui nous inspire. Étant la gentillesse incarnée, Monsieur Gildas nous manquera dans ce monde où la gentillesse n’est pas estimée à sa juste valeur. Merci pour toutes ces merveilleuses années Canal, de la Grande Famille à Nulle Part Ailleurs.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.