Souboutei Kowasu Beshi, la maison d’hôtes du diable

Aujourd’hui on vous présente une pension des mimosas qui a basculé dans l’horreur, Juliette a été remplacée par un Yokai qui assure son intérim pour la plus grande joie des visiteurs en mal de frissons nocturnes.

 

Cette histoire de fantômes nous est racontée par Takoha Tsutomu, un jeune aspirant mangaka fraîchement diplômé d’une école d’art qui vous servira de narrateur dans ce manga de Fujita Kazuhiro, l’auteur du légendaire Ushio et Tora. Tsutomu essaye tant bien que mal de se faire publier mais selon les différents éditeurs qu’il rencontre ce qu’il produit est beaucoup trop sombre pour un public d’enfants, de petits kodomo aux joues en forme de mochi qui risquent d’éclater en sanglots en découvrant les œuvres de notre apprenti mangaka.
Sans doute est-ce la proximité de sa résidence mitoyenne de l’auberge hantée qui influence son travail à son insu.
Un jour pourtant, un père et son fils Rokurou emménagent dans une des dépendances attenantes à l’auberge où le diable aime danser en slip de temps en temps.

Diable qui a pris soin d’organiser la crémaillère des nouveaux résidents le soir même dans un incendie qui a tué le père et sérieusement blessé le fils.

Cette affaire prend des proportions folles lorsque le gouvernement du Japon décide d’envoyer les forces armées afin de réduire en cendres la résidence Souboutei. On veut bien admettre que cette maison soit hantée mais de là à mobiliser l’armée alors que des exorcistes sont au chômage c’est un peu fort de café.
Le premier ministre et le ministre de l’intérieur actuels furent traumatisés par une visite effectuée dans cette auberge lorsqu’ils étaient adolescents, personne ne leur avait demandé d’aller tester leur courage dans cette bâtisse du siècle dernier. Depuis cet épisode qui a mis fin à leur jeunesse, chacune de leurs nuits est une épreuve qu’ils doivent surmonter pour passer une bonne journée.

Ils pensaient donc qu’un bon petit bombardement au milieu de la nuit leur permettrait de détruire ce théâtre des cauchemars qu’ils font chaque nuit.

Cependant, au milieu du champ de ruines laissé par ce bombardement, la maison Souboutei est toujours debout et dans le voisinage c’est même la seule à n’avoir subit aucun dommage.

Qui parviendra à en venir à bout ?

 

L’avis d’Otoko Desuka

 

Graphiquement, j’aime le trait de Fujita Kazuhiro, cette ligne directrice nerveuse qui donne de la profondeur à ses décors, ses personnages sont vivants, leur aspect est varié, chacun exprime une sensibilité qui nous permet d’apercevoir les contours de leurs personnalité. Au niveau de l’histoire, je reprocherais à l’auteur d’introduire des personnages important comme des cheveux sur la soupe, des personnages importants qui sortent de nulle part comme la sœur de Rokurou et l’étrange créature qui sort d’un avion fantôme.
Je ne sais pas si un jour Souboutei Kowasu Beshi connaîtra une adaptation animée mais il y a fort à parier que le premier chapitre soit entièrement remanié afin de rendre cette plus lisible. En dehors de ce détail, Souboutei Kowasu Beshi est une histoire de fantômes que l’on a envie de raconter à ceux qui n’y croient pas.

 

Mangaka : FUJITA Kazuhiro

Magazine de prépublication : Shuukan Shonen Sunday

Éditeur Japonais : Shogakukan

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Provenance : Courrier pour Windows 10

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.