Ousamatachi no Viking, le hacker dans sa bulle

Aujourd’hui, on vous présente un manga qui vous ouvrira les portes de l’enfer ou celles des pinces fesses numériques les plus distingués.

 

Ousamatachi no Viking nous narre l’histoire du Hérisson, un groupe de jeunes hackers qui retourne le monde tranquillement assis derrière leur ordinateur.

Sponsorisé par Sakai Daisuke, un jeune business angel qui aimerait être partout à la fois tant il ne tient pas en place, cette équipe de vainqueurs situé dans la demeure de leur protecteur s’introduit dans les systèmes informatiques des plus grandes sociétés du monde afin de constituer des bases de données avec lesquelles ils font différentes choses comme les revendre à prix d’or aux sociétés concurrentes des sociétés victimes du fishing. Cependant, leur principal activité consiste à intercepter les coordonnées bancaires des clients de banques, institutions bancaires obligées parfois d’interrompre temporairement l’activité de leurs distributeurs de billets tant les cyberattaques du Hérisson sont piquantes.

J’espère que ces deux longues phrases noieront en vous le poisson qui frétille à l’idée de faire des conneries même si je sais qu’au fond c’est peine perdu. Car au temps des #GiletsJaunes, beaucoup rêvent d’être cet entrepreneur hyperactif qui couvre ses arrières en étant Business Angel le jour puis éminence grise d’un groupe de hackers la nuit, des acolytes payés pour toucher du doigt ce qu’il pense dans sa tête, rentrant dans les coffres les plus sûrs comme un courant d’air qui ne repart pas les mains vides.

Alors qu’un soir, ils s’adonnaient à leur loisir lucratif, l’une des plus importantes banques du pays est victime d’une cyber attaque d’une ampleur inédite. Daisuke se met alors sur les traces de ce qu’il pense d’abord être un groupe de hackers afin de les intégrer à son équipe. Ils finissent par se rendre compte que derrière ces attaques il n’y a qu’un seul individu ne laissant aucun moyen de remonter à lui à part un algorithme dissimulé dans le journal d’applications du système attaqué. Le groupe déchiffre la cryption de l’algorithme et découvre une carte indiquant un point qui semble être la base d’opération du génie du hacking.

Daisuke se rend alors dans un lieu que nous tiendrons secret afin de protéger ce jeune fou de l’informatique, il fait la connaissance de Koreeda Kazuki, un génie dans sa bulle légèrement autiste qui donne l’impression de ne pas avoir croisé beaucoup d’humains dans sa vie tant il a du mal à comprendre ce qu’on lui dit.

Afin d’être certains d’avoir déniché la perle rare, Daisuke lui demande de décrypter 5 algorithmes qu’il a emmené avec lui dans une clé usb, encryptions que Kazuki décrypte en moins de 10 minutes sous le regard admiratif du Business Angel qui parvient à le convaincre de rencontrer le groupe qu’il sponsorise. Arrivera t il à le persuader de devenir sa main ? En attendant que ces jeunes hommes mettent leur système en place, on vous invite quand même à changer vos mots de passe car on ne sait jamais.

 

Le journal des applications

 

Le hacker est le fils illégitime d’un ordinateur et d’une transaction boursière ayant mal tournée, le hacker est ce jeune homme ou cette jeune femme, vous savez, ce petit bourru, ce no life qui se réfugie dans sa grotte numérique lorsque les discussions dominicales tournent autour du nombril familial. Le fils dont on a honte jusqu’à ce qu’il intéresse les Business Angels de l’oncle qui finance le père.

Aujourd’hui, les compétences des hackers sont si recherchées qu’on se demande si le hacking est réellement illégale, les meilleurs hackers sont courtisés par les grands groupes, arriver à cracker un système censé être inviolable peut presque être considéré comme une nouvelle forme de Job Dating. Le hacker ainsi recruté de manière informelle va aux devants de préoccupations qui dépasse le budget quotidien du commun des mortels.

Des préoccupations bien éloignées de la grogne des #GiletsJaunes s’exprimant de différentes façons, et qui brulent des pneus sur la route, et qui laissent passer les automobilistes en bloquant les péages, et qui traite de sale noire, une noire qui prend une douche chaque matin.

A l’époque de mon adolescence, un jeune garçon perdu dans les livres de codes de son Amstrad CPC 6128 passait pour un futur cas social que l’on s’attendait un jour à voir dans Faites Entrer l’Accusé, pourtant, aujourd’hui c’est à se demander si les enfants n’apprendront pas un jour à coder avant de savoir parler, tout le monde trouve ça cool, comme si vous aviez appuyé sur un interrupteur qui fait changer d’avis ceux qui réprouvaient ce qu’ils encensent maintenant.

Dans le jargon des gens sérieux, ça s’appelle changer de cheval pendant la course, dans le langage courant on ne dira pas que vous avez retourné votre veste car la plupart des gens agissent de cette façon.

 

L’avis d’Otaku Desuka

 

Ce que j’ai aimé dans ce manga du combo Fukami Makoto et Sadayasu c’est l’originalité du sujet abordé car à ma connaissance, je ne vois pas d’autres manga focalisé uniquement sur l’univers du hacking et de la Start Up Nation. Il existe des personnages hackers dans d’autres œuvres mais de ne consacrer l’histoire que sur le hacking est un défi que l’auteur a su relevé avec brio tant au niveau graphique qu’au niveau du scénario. On aime la fraîcheur des dialogues qui nous donne l’impression d’y être, on sent que l’auteur maîtrise totalement son sujet à en juger par la pertinence des termes employés. Si comme moi, vous n’êtes pas au faite du codage informatique, le glossaire des hackers risquent de vous rebuter un peu mais je vous invite à insister car cela vous permettra de comprendre un peu mieux l’informatique afin de savoir à quelles sauces les Gafa veulent manger vos données.

 

Magazine de prépublication : Big Comic Spirits

Éditeur japonais : Shogakukan

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.