Comment devenir un démon ? (How become a demon girl ?)

Jamais je n’aurais cru que les sœurs Halliwel causeraient autant de dégâts dans la psyché féminine.

Sous de faux prétextes d’affirmation de soi féministes, cette série a banalisé le paganisme le plus primaire, ce diabolisme rampant qui se tapie dans l’ombre de la lumière pour vous perdre en cours de chemin.

 

Depuis le succès de cette série américaine, l’ésotérisme est revenu sur le devant de la scène par la grande porte sans  avoir eu besoin de toquer comme un esprit frappeur, les vidéos d’Ouija Board qui tournent mal pullulent sur Youtube, le dream catcher est devenu un bijou que l’on arbore en public et votre petite sœur se délecte de snuff movie sur le darkweb, de vrais sacrifices où les gens meurent vraiment selon elle.

A ce rythme, être possédée par un démon sera la prochaine mode chez des jeunes femmes qui entreront en transe entre deux stations de métro.

 

Le démon n’est pas ton ami

 

Loin de moi l’idée de dédouaner le manga de sa propension à mettre en scène les créatures infernales. Je ne dis pas qu’il n’y avait pas de démons dans l’univers des mangas avant le triomphe des soeurs Halliwell cependant les mangas où le personnage principal entretient une relation positive avec un démon sont relativement récents, en atteste l’exemple de D€ath Note.

Le manga du jour nous raconte donc l’histoire d’un démon et d’une femme qui voit une étrange relation se nouée entre eux.

Reki est une jeune femme qui souhaite ramener sa défunte sœur à la vie de ses propres mains, elle veut signer un pacte avec le diable afin de devenir un démon. Malheureusement pour elle, Romalayt, le démon de bas étage qu’elle invoque ne lui voit pas un destin de démon hors du commun, lui-même a du mal à s’acquitter de sa tache sans se faire virer de tous les petits boulots qu’il trouve dans le royaume des démons et lorsqu’il lui a montré sa vraie forme pour qu’elle sache à quoi elle ressemblera s’il accepte sa requête, cette dernière ne su décrocher un mot tant elle était terrifiée.

Romalayt présente la particularité de porter sur le visage un sceau en forme de cache né orné d’une serrure relié à Raegen, un ange avec lequel il entretient une mystérieuse relation. Un lien étrange semble être noué entre ces deux démons qui entretiennent des rapports que d’autres qualifieraient de conflictuels.

Entre temps, le démon reçoit la visite de camarades qui lui rappellent comme chaque année que le rassemblement annuel des démons aura lieu prochainement et qu’il vaut mieux qu’il trouve un travail d’ici là car la tradition veut que les démons au chômage soient exécutés.

Il décide alors de la garder sous son aile sous le prétexte d’en faire sa disciple tandis qu’il prévoit plutôt de vendre ses larmes et son sang car le fluide d’une jeune fille vierge c’est du Schweppes que les démons apprécient lors de leurs apéritifs avant le dîner.

Romalayt pensait vaquer à ses occupations mais c’était compter sans la détermination de Reki qui se surprend à jouer les audacieuses, un soir en s’installant nue sur le démon endormi dans le but de rendre sa sieste crapuleuse. En effet, la jeune femme pense qu’en perdant sa virginité ses larmes n’auront plus de valeur ce qui obligera Romainville à accéder à sa demande sous peine de mourir prochainement.  Reki se penche pour l’embrasser et l’espace d’un instant, le sceau semble se désagréger provoquant le réveil prématuré de Romainville. En se dégageant de l’étreinte de Reki, il aperçoit furtivement le fantôme de sa sœur qui se blottit contre elle.

Si L’amour qu’elle porte à sa sœur a réussi à entrouvrir le sceau qui lui ferre le visage, qu’en sera t  il si c’était lui que Reki aimait ? Romainville comprend alors que c’est l’amour la clef qui le libèrera du tour joué par l’ange. Arrivera t’il à se faire aimer de Reki ?

 

L’avis d’Otoko Dashi

 

J’ai beaucoup aimé le personnage de Reki, la vie ne lui a rien épargné, sa sœur était le seul rayon de soleil d’un quotidien qui s’apparentait plus à celui de Cosette dans l’hiver des Misérables qu’à celui de Justine dans Premiers Baisers.

Cependant, je déplore un peu cette fâcheuse tendance qui consiste à humaniser le démon afin de le rendre aussi sympathique qu’un familier dans Dofus.

On constate une certaine duplicité dans le personnage de Romalayt qui n’est pas surprenante de la part d’un démon, il sait que Reki lui sauve la mise car sans elle, il meurt, alors il entre dans un jeu de dupes qui amuse le lecteur comme tous les jeux où l’issue est incertaine.

Le démon est si humain qu’il nous comprend forcément, lui au moins n’est pas comme l’ange, cette perfection inatteignable qui nous juge et ne tolère aucun écart dans notre comportement. Le démon est forcément plus compréhensif, puisqu’il se nourrit de nos faiblesses, il vaut mieux pour lui les entretenir.

Au fond, vous savez parfaitement que le démon n’est pas humain, il est le pire de l’homme parce qu’il rend le bien surhumain, hors d’atteinte de l’homme car cela demande tant d’efforts alors que le mal est à portée de main.

On peut toujours s’arranger avec le démon, la dette qui s’accumule ne vous rendra que plus redevable envers votre bienfaiteur qui au dernier moment vous dira comment est ce qu’il faudra régler la note.

 

 

Mangaka : Hachimaru Mazaki

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.