Cyntoïa Brown, quand votre vie est un film d’horreur

L’horreur est un récit social.

 

Je n’ai jamais compris les amis qui à l’époque des video club allaient chercher des sensations fortes dans des œuvres comme Ring ou Blairwitch project. Alors que le vrai film d’horreur se joue peut être dans la cave de leur voisin mais comme tout le monde le sait c’est pas tes affaires, de quoi tu te mêles, tu veux jouer les justiciers, et puis de toutes façons qu’est ce que tu peux faire ?

Puis quand l’affaire Dutroux éclate, le monde est offusqué, où étaient les parents ? Comment peut on laisser ses enfants sans surveillance ? C’est dans les vieux pots que mijotent les sorcières et chacun ajoute un mot comme ceux qui tourne en rond mettent un pas devant l’autre. Comment voir le monde quand le monde tourne autour de son nombril. On a droit aux concerts de Plus Jamais ça, le groupe de musique chiante qui fait le tour des plateaux TV pour réveiller les consciences. Je ne me suis pas converti à cette religion cathodique. Ça me fatigue de voir des idoles se brûler les ailes sous mes yeux. La vie reprend son cours jusqu’à la prochaine affaire et ceux qui, entre temps, étaient redevenu aussi égoïstes qu’ils l’ont toujours été, ressortent leurs habits de compassion pour rejoindre le concert des fumistes. Tout le monde a son mot à dire, tout le monde connaît quelqu’un de bizarre, tout le monde se pose des questions mais combien se pose les bonnes ?

Qu’est ce qui vous rend aveugle de l’horreur du réel ?

Lorsqu’on ne voit que ce qui nous intéresse, il n’y a pas vraiment besoin de marquer un suspens insoutenable pour répondre à cette question, l’indifférence qui vous rend imperméable à la violence qui se passe sous vos yeux ne va pas se dénoncer elle-même, en ce moment même, elle fait comme si elle n’était pas concernée par ce qu’on raconte.

Vous pouvez dépérir, pourrir, devenir un cadavre qui dit bonjour lorsqu’on lui demande l’heure, vous aurez toujours bonne mine pour celui ou celle qui fait semblant de s’intéresser à vous.

C’est ainsi que le héros de Ningen Shikkaku (Même plus humain) a vécu sa vie.

Dans ce manga de Junji Ito, le maître de l’horreur social, Yozo Oba a traversé sa vie comme un fantôme qui habitait son propre corps. Une enfance passée à se faire agresser sexuellement par le personnel de maison de son père, violé par des hommes et des femmes payés pour veiller sur lui, l’hypocrisie des uns et des autres et le masque de clown pour survivre à ce corps qui s’effondre sur lui-même. Malgré cela Yozo Oba a passé sa vie à jouer les rôles que les autres attendaient de lui sans voir que l’effondrement formait en lui une faille narcissique qui a finit par aspirer son essence vitale. Car la faille narcissique est un trou noir qui aspire la lumière.

PS: On vient d’apprendre l’adaptation prochaine de Ningen Shikkaku en version anime ! Selon Anime News Network, c’est à l’automne 2019 que sera lancé sur les écrans cette œuvre elle même adaptée du roman de Osamu Dazai.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cyntoia Brown

 

La première fois que j’ai entendu son nom je l’ai trouvé très joli. C’était il y a quelques années dans le documentaire « The 16 Year Old Killer » Cyntoia’s Story dont les droits sont détenus par Daniel H. Birman.

Il ressemble au nom d’une déesse celte qui scintille dans la nuit des hommes, un rayon de lumière qui découpe l’obscurité en de milliers de morceaux trouvant refuge dans les seuls coins d’ombre qu’ils trouvent pendant la journée. Puis la lumière vacille et lorsqu’elle ferme les yeux, le soleil s’endort là où la nuit ne peut l’atteindre. L’histoire de Cyntoia Brown est celle d’une jeune femme qui a dû tuer une ombre pour retrouver la lumière. Une lumière qui aujourd’hui la condamne pour le meurtre d’une ombre.

Lorsque j’ai vu ce reportage, je me suis demandé pourquoi est ce que la victime était sur le banc des accusés ? Comment est ce qu’une enfant de 16 ans que l’État n’a pas su protéger d’un prédateur sexuel pouvait se retrouver à répondre d’un crime qui pour tous ne pourrait être qualifié que de légitime défense ? Est-ce que quelqu’un va demander quelle tenue elle portait le jour où elle s’est faite enlevée pour ajouter du mauvais goût au non sens total que représente cette affaire ?

Qui étaient les clients du réseau de prostitution auquel elle a été vendu ?

Comment ne pas alimenter les théories du complot le plus vicieux du monde lorsqu’une victime de viol est condamnée pour s’être défendue ?

C’est à croire qu’il faut demander la permission de se défendre en envoyant un snap de son agression à la police en attendant patiemment le feu vert de celle-ci,  une jeune fille se fait enlevée, 1er chef d’accusation, elle se fait violée, 2ème chef d’accusation, elle est détenue pour être vendue à un réseau de prostitution, 3ème chef d’accusation, elle était mineure au moment des faits, circonstances aggravantes, combien de chefs d’accusation faut il additionner pour que la justice ne remette sa tête à l’endroit pour condamner le véritable coupable ? Qui est l’adulte, qui est le responsable ?

S’il y a moins de femmes noires victimes de viol que de femmes blanches ça n’est pas simplement une question démographique, c’est une question culturelle qui trouve sa source dans l’Amérique des pionniers, une Amérique dans laquelle la femme noire était l’ombre d’une femme blanche, esclave du mari de cette femme, poupée sexuelle de cet homme qui la partageait avec ses fils. Elle est insultée, elle sert d’exutoire des désirs les plus sales, des pratiques les plus malsaines, si malsaines qu’elle en porte seule la responsabilité alors qu’elle en est la victime.

Dans l’Amérique sidérée, Cyntoia Brown est l’arrière petite fille de Black Betty, la prostituée noire qui a dépucelé l’ensemble du groupe de rock Ram Jam. Elle aurait du prendre comme un honneur le fait de se faire enlever par un cowboy qui l’a enfermée dans le coffre de sa voiture pour la violer afin d’en faire une bonne prostituée

Elle aurait du comprendre et suivre les sillons du chemin mental que l’Amérique lui a tracé, en tuant le cow boy, Cyntoia n’a pas simplement désarmé l’Amérique, en tuant le cow boy, Cyntoia a émasculé l’Amérique, c’est ce geste le véritable « crime » pour lequel elle a été condamnée.

 

Libérez la lumière

 

Tout le monde n’a pas besoin de comprendre ce qui pousse l’humain à être inhumain, l’on n’éprouve ce besoin uniquement lorsqu’on a soi même subit ce genre d’agression.

Vous avez un millions de choses à faire, Une route et d’innombrables chemins, pourquoi choisir le chemin le plus étroit, le chemin le plus intime, un chemin qui ajoute une victime à listes des victimes de viol.

Un jour, une charmante dame m’a dit que l’on ne pouvait enfoncer que des portes ouvertes. Je n’ai pas su quoi répondre sur le coup. Je la remercie pour ce moment où j’ai été faible, j’aime perdre ce genre de batailles car dans ma tête, le combat continue. Il se poursuit, l’action se rejoue jusqu’à ce que mon attention se focalise sur la faille que je n’ai pas su voir en temps réel. Car Si on ne pouvait enfoncer que des portes ouvertes, l’homme ne serait jamais sorti de sa grotte de lasquau, si on ne pouvait enfoncer que des portes ouvertes, le poussin n’oserai pas briser sa coquille, si on ne pouvait enfoncer que des portes ouvertes, les femmes n’auraient pas obtenu le droit de vote, le droit à l’avortement, le droit de travailler au même titre qu’un homme sans avoir à demander la permission d’un homme comme c’est le cas en Arabie Saoudite. Si on ne pouvait enfoncer que des portes ouvertes, les paroles resteraient des paroles qui ne passent jamais aux actes.

Je n’aime pas parler car les conversations sont des paroles en l’air

Je préfère écrire des mots qui restent car je n’aime pas ceux qui s’en vont.

 

Aider Cyntoia Brown a remporté le combat du jour contre la nuit.

Depuis la publication de cet article, beaucoup de choses se sont passés mais la plus importante et la plus essentielle est la libération sur parole de Cyntoïa Brown qui aura lieu le 7 août 2019. J’ai eu personnellement maille à partir avec Lauren Bastide alors qu’en lui partageant l’article je ne cherchais à travers elle qu’une caisse de résonance dans le milieu féministe français afin que cette affaire devienne un sujet pour les féministes françaises. Je voyais à travers Cyntoïa Brown, les jeunes banlieusardes françaises victimes des réseaux de prostitution, les migrantes mises sur le trottoir par ces mêmes réseaux de prostitution, les jeunes provinciales qui arrivent à Paris mises sur le trottoir par ces mêmes réseaux de prostitution. Au lieu de cela, j’ai eu droit à de l’agressivité et du mépris. Agressivité car j’ai osé lui dire ce qu’elle avait à faire, mépris car j’ai été jeté en pâture à sa TL. Comment saurai je dire à une féministe militante comme elle ce qu’elle a à faire ? Pourquoi a t elle interprété mon geste de cette manière ? Elle m’a aussi répondu que sa TL n’avait pas vocation à accueillir toutes les news trash de twitter. A ce moment là, je me suis énervé, clairement car y a t il un élitisme social chez les féministes ? Concevoir des concepts intellectuels, c’est bien, développer une rhétorique construite et militante, c’est admirable mais si tous ces efforts ne peuvent être utiles à la jeune femme qui prend les transports et voit un connard qui lui sort sa bite, ça ne sert à rien. Il faut arrêter la masturbation intellectuelle de féministes chic qui se gargarisent en s’écoutant parler. Je tenais à apporter cette précision. Je suis aujourd’hui très heureux pour CyntoÏa Brown mais si l’une d’entre vous avait été dans sa situation, je me serai battu de la même manière. Que vous soyez noires, blanches, métisses, maghrébines, asiatiques… quelque soit votre origine, vos origines, votre culture, si votre cœur saigne, le mien saigne aussi. Merci à vous toutes !

 

Publicités

Une réflexion sur “Cyntoïa Brown, quand votre vie est un film d’horreur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.