JusticeForMahohon

Aujourd’hui, on avait prévu de partager avec vous en exclusivité mondiale l’interview d’une Cosplayer professionnel originaire des États-Unis. Tout était littéralement prêt, il ne nous restait qu’à appuyer sur le bouton publier mais la jeune femme s’est subitement rétractée, n’assumant plus sa liberté de ton dans sa description du monde merveilleux du Cosplay. Notre Cosplayer était sortie des sentiers battus, elle a préféré rétropédaler plutôt que d’être celle qui par son franc parler aurait pu apporter un éclairage inédit sur les coulisses de ce mouvement véritable phénomène de société mondialisée.

 

Le Cosplay est un monde parallèle où les jeunes femmes poussent comme des fleurs qui s’épanouissent grâce à l’amour des fans. Dans ce monde artificiel où vous n’existez qu’à la faveur de votre popularité mesurée par la vitalité de vos publications sur Reddit, Instagram ou TumblR, la moindre fausse note, la moindre « erreur » de communication peut ruiner toute une partition et, bien entendu, on ne souhaite causer de tort à aucune Cosplayer.
Au départ, on s’est juste dit qu’on allait scrupuleusement respecter la décision de cette personne même si cela impliquait de s’asseoir sur 3 jours de travail de documentation, de rédaction, de traduction, de recherches des ayant-droits pour toutes ses photos,..
Et puis, sur Twitter ce matin, on est tombé sur le hashtag #JusticeForMahohon, en anglais, en français, des fans de J-Pop s’insurgent contre le sort réservé à Yamaguchi Maho, cette idole de la formation J-Pop NGT48 qui a été victime d’une agression. Non seulement son témoignage a été étouffé par AKS, sa société de production, mais de surcroît, cette même boîte a jugé utile d’amener cette victime devant la place publique qu’est une conférence de presse durant laquelle elle a dû présenter des excuses pour le mal qu’elle a fait au groupe ainsi qu’à la production.
Vaine tentative de protéger une image largement écornée par les protestations et les appels aux boycott du groupe.
On a remarqué que cette affaire a enflammé Twitter à partir du 9 janvier, ce qui correspond au moment où nous étions en contact avec notre Cosplayer. La sensation d’avoir perdu notre temps a été décuplé, on s’est dit que pendant que l’on écoutait les atermoiements d’une jeune femme qui a la possibilité de s’exprimer librement, nous sommes totalement passé à côté d’une jeune idole que l’on cherche à réduire au silence.
Voilà pourquoi à la place d’une interview que l’on avait conçu de manière ludique mais que la cosplayer n’a pas assumé, nous jugeons pertinent de publier le témoignage de Maho, une idole J-Pop victime d’une agression semble-t-il commanditée par deux membres de son propre groupe J-Pop. Car le combat contre l’injustice n’est pas le combat de la femme contre l’homme, ça n’est pas le combat des enfants contre leurs parents ou celui de l’homme contre l’État.

C’est le combat de ceux qui ont des scrupules contre ceux qui n’en ont aucun.

Voici le témoignage de Yamaguchi Maho, « Mahohon » traduit des captures d’écran ci-dessous :

 

 » J’ai toujours été d’une nature très précautionneuse, très méfiante.

Que je rentre chez mes parents ou chez moi, je fais toujours en sorte d’être attentive aux moindres détails. Le jour où a eu lieu mon agression, je n’ai pas dérogé à mon habitude, j’ai vérifié si je n’avais pas été suivie jusqu’à la porte de mon appartement, je suis rentré chez moi mais alors que je m’apprêtais à refermer la porte, une main est subitement passée par l’entrebaillement, m’empêchant de la fermer et parvenant à la rouvrir.
J’ai été saisi par le visage puis plaquée violemment au sol devant la porte d’entrée. J’ai tout fait pour me dégager, j’étais terrorisée, je me disais que si j’abandonnais, j’allais me faire tuer, j’étais déterminée à ne rien lâcher. J’étais presque parvenue à me dégager de mon agresseur lorsque j’ai vu un second individu sortir d’un appartement voisin qui est l’appartement d’une autre membre du groupe, il prit la place du premier individu pour m’ agripper de la même manière, j’ai essayé de crier à l’aide mais ma voix est devenue blanche, aucun son n’en sortait tant j’étais tétanisée. Même en essayant de crier de toutes mes forces, j’ai mis de longues secondes avant de retrouver ma voix  » Au secours ! Aidez moi !  » ai je enfin hurler avant qu’il ne remette sa main sur ma bouche pour me faire taire. Je me demandais comment faire pour réussir à me réfugier dans mon appartement avant de me faire tuer. Entre temps j’entendis le bruit de l’ascenseur qui monte à l’étage, cela détourna leur attention et je parvins à me dégager pour enfin réussir à m’enfuir, je me disais que si je ne m’enfuyais pas, je me retrouverai séquestrée dans un appartement. Mais mes jambes tremblaient tellement, mes genoux s’entrechoquaient, j’avais du mal à courir. Je me suis rendue dans un poste de police pour leur dire ce qu’il m’était arrivé mais ils m’ont saisi mon portable. Quant à la société de production, c’est comme si rien ne s’était passé, on m’a simplement demandé de prendre du recul quelques temps.

 

Capture d’écran du témoignage vidéo de Mahohon bloquée par AKS production

Je ne sais pas si c’est parce qu’il est un homme mais mon manager Imamura San ne semble pas comprendre le sentiment de terreur qu’éprouve une jeune femme qui se fait agressée, maintenant je suis terrorisée à l’idée de sortir seule dans la rue. J’ai beau avoir déménagé, l’adresse de mes parents ainsi que mon nouveau numéro ont été diffusé sur internet, tout le monde les connaît. Je n’ai nulle part où me réfugier.   »

Mahohon forcée de s’excuser publiquement pour avoir causer du tort au groupe ainsi qu’à sa société de production

« J’ai toujours été d’une nature très précautionneuse, très méfiante
Que je rentre chez mes parents ou chez moi, je fais toujours en sorte d’être attentive aux moindres détails. Le jour où a eu lieu mon agression je n’ai pas dérogé à mon habitude, j’ai vérifié si je n’avais pas été suivie jusqu’à la porte de mon appartement, je suis rentré chez moi mais alors que je m’apprêtais à refermer la porte
Une main est subitement passée par l’entrebaillement, m’empêchant de la fermer et parvenant à la réouvrir.
J’ai été saisi par le visage puis plaquée violemment au sol devant la porte d’entrée. J’ai tout fait pour me dégager, j’étais terrorisée, je me disais que si j’abandonnais, j’allais me faire tuer, j’étais déterminée à ne rien lâcher. J’étais presque parvenue à me dégager de mon agresseur lorsque j’ai vu un second individu sortir d’un appartement voisin, c’est l’appartement d’une autre membre du groupe, il prit la place du premier individu pour m’ agripper de la même manière, j’ai essayé de crier à l’aide mais ma voix est devenue blanche, aucun son n’en sortait tant j’étais tétanisée, même en essayant de crier de toutes mes forces, j’ai mis de longues secondes avant de retrouver ma voix  » Au secours ! Aidez moi !  » ai je enfin hurler avant qu’il ne remette sa main sur ma bouche pour me faire taire. Je me demandais comment faire pour réussir à me réfugier dans mon appartement avant de me faire tuer. Entre temps j’entendis le bruit de l’ascenseur qui monte à l’étage, cela détourna leur attention et je parvins à me dégager pour enfin réussir à m’enfuir, je me disais que si je ne m’enfuyais pas, je me retrouverai séquestrée dans un appartement. Mais mes jambes tremblaient tellement, mes genoux s’entrechoquaient, j’avais du mal à courir. Je me suis rendue dans un poste de police pour leur dire ce qu’il m’était arrivé mais ils m’ont saisi mon portable. Quant à la boîte de production, c’est comme si rien ne s’était passé, on m’a simplement demandé de prendre du recul quelques temps. Je ne sais pas si c’est parce qu’il est un homme mais mon manager Imamura San ne semble pas comprendre le sentiment de terreur qu’eprouve une jeune femme qui se fait agressée, maintenant je suis terrorisée à l’idée de sortir seule dans la rue. J’ai beau avoir déménagé, l’adresse de mes parents ainsi que mon nouveau numéro ont été diffusé sur internet, tout le monde les connaît. Je n’ai nulle part où me réfugier

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.