Otome No Teikoku, l’école des femmes

Aujourd’hui, on vous présente Otome No Teikoku, un manga Ecchi où les jeunes femmes n’ont pas besoin des garçons.

Otome no Teikoku manga

Éducation Sentimentale

C’est bien connu, les garçons sont immatures, ils ne pensent qu’à regarder sous les jupes des filles pour savoir si elles portent des dessous en dentelles ou en coton, passent leur temps à ouvrir leur gueule en grand qui parle bêtement sur l’anatomie féminine, font des concours entre eux pour connaître la couleur des tétons de leur voisine de classe dont la poitrine s’est développé plus vite qu’une application mobile dans une start-up de la Silicon Valley. Certains d’entre eux qui jouent les faux timides aiment prendre des photos volées sur lesquelles ils se masturberont une fois chez eux pour payer un tribute à une camarade sur PornHub, sans oublier ceux qui balanceront ces fausses rumeurs sur Internet qui alimentent les articles de presse traitant du cyber harcèlement.
Les filles ne sont en sécurité qu’entre elles car elles ont une bienveillance naturelle les unes pour les autres, jamais un mot ne dépasse leur pensée, aucune remarque acerbe ne vient commenter le poids d’une de leur camarades, ce sont les garçons qui s’occupent de ça, les filles réparent les pots cassés par des mecs n’ayant aucune sensibilité.
En découvrant ce manga de Kishi Torajirou, je me suis dis, enfin, les filles vont être tranquilles, elles seront libres d’être elles mêmes, il n’y a pas un mec à l’horizon. J’ai toujours cru comprendre que les filles étaient en compétition entre elles lorsqu’il y avait des garçons, un peu comme une fille qui se retrouve avec un groupe de mecs qui va rouler des mécaniques, ridiculiser le plus beau d’entre eux afin de se faire bien voir de la demoiselle.
Je suis assez déçu de constater que les filles entre elles ne sont pas à l’abri de la violence verbale, reproduisant les mêmes schémas de domination que lorsqu’elles sont avec des jeunes hommes, passant leur temps à se faire entre elles ce qu’elles reprochent aux mecs immatures. J’entends d’ici Lauren Bastide dire que, depuis 2000 ans, ce sont les hommes qui ont imprimé le psychisme féminin et il faudra du temps avant de se déprogrammer neuro linguistiquement. Je ne crois pas en une nature meilleure qu’une autre, je ne vois que des sensibilités différentes.
Je vous conseille ce manga au graphisme magnifique car il lutte contre les idées reçus du déterminisme sexuel.
Retrouvez les figurines « The world of Isobelle Pascha » en clinquant sur ce lien .

Mangaka : Kishi Torajirou

Éditeur japonais : Shueisha

Magazine de prépublication japonais : Business Jump

manga lewd

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.