Chirori, l’ouverture d’esprit

« Chirori » C’est l’été, saison des yukata au Japon

C’est l’été,

Children cool off in running water flowing from a fire hydrant in Pantin near Porte de La Villette, north of Paris, on June 21, 2017. / AFP PHOTO / Laurent EMMANUEL

comme chaque année les rues s’animent comme des manèges désuets, les geysers jaillissent des bouches à incendie, les terrasses colonisent les trottoirs, les trottinettes vous foncent dessus, je me retourne sur une jeune femme au dos fuselée en remontant vers la gare du Nord. Je n’ai jamais vu un dos aussi beau, une taille fine qui donne l’impression d’être dessinée par un corset, un cul joufflu comme la tendresse qui me rend fétichiste du bas de son dos.
Sa chevelure brune aux mèches bouclées ne remonte pas la même rue que la mienne, je n’aime pas donner l’impression de suivre les gens. La crainte d’être considéré comme un harceleur de rue est passée par là, je ne veux pas finir en TT sur Twitter hashtag balance ton relou avec ma gueule retweetée 48000 fois histoire d’être sûr de me faire rentrer dans la postérité par la petite porte.
Je n’ai pas besoin de postérité, je préfère celle des œuvres et des personnages que vous avez pris l’habitude de découvrir dans votre magazine d’actualités manga préféré.
Et en ce jour de canicule écrasante, nous souhaiterions vous aérer l’esprit.

Voilà pourquoi aujourd’hui, on vous présente un manga aussi rafraîchissant que la brise qui vous caresse la nuque lorsque le vent a envie de souffler.

 

Service à la personne

 

Dans ce Japon de l’ère Meiji qui pense se moderniser en s’occidentalisant, Chirori est une jeune femme simple et sublime. Héroïne de ce manga qui porte son nom, Chirori est l’employée modèle d’un classieux café restaurant de Yokohama recevant des clients de tous types, du client grincheux qui n’aime pas le nom de Chirori, du client qui retrouve le sourire là où il l’avait laissé la dernière fois qu’il était venu, du client accompagné, du client seul mais habité par tant de souvenirs qu’il pourrait écrire un livre sur cette époque où le Japon s’est ouvert sur le monde.
Chirori est une jeune femme indépendante qui gagne sa vie sous le patronage d’une dame à laquelle elle a été recommandée. Notre héroïne n’a pas la recette miracle pour rendre votre café plus crémeux, elle ne connaît sans doute pas les dessous de la politique d’ouverture de son pays et les conséquences qu’il connaîtra lors de la seconde guerre mondiale. Chirori n’a pas la science infuse car elle est la science infuse, elle est l’âme de cette science mystique qui produit des effets inattendus sur ceux qui pensaient être grincheux, elle a la candeur qui inspire l’artiste, elle a les mots simples et spontanés qui colmatent les brèches du vague à l’âme, elle soigne sans se rendre compte de soigner.
Chirori est la poésie de ces lieux qui sonnent creux quand elle n’est pas là. Elle a ce « Je ne sais quoi » que les anglophones n’arrivent pas à définir.

Nous vous recommandons chaudement ce manga qui se boit comme du petit lait versé sur un café noir et tendre.

 

Chirori manga

 

Mangaka : Koyama Aiko

Éditeur Japonais : Shogakukan

Magazine de prépublication : Gessan

Actu manga japon, actualité manga seinen

Cheap Website Traffic

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.