Hotaru no Hikari, la lumière de votre vie

Aujourd’hui, on vous présente un manga que l’on a connu grâce au Drama qui est tiré du manga.

Hotaru no Hikari cover2
Couverture du premier tome du manga « Hotaru no Hikari »

 

Lors de l’été 2010, alors que je visitais le Japon à travers le regard décalé de Patrick Macias et de la doubleuse d’anime Yuu Asakawa dans le web show Otaku-Verse-Zero, j’étais arrivé au bout de la première saison de ce show qui en a inspiré plus d’un sur J_One. Il n’y avait pas encore de sites de streaming manga français comme ADN et la mesquinerie des restrictions géographiques qui vous empêche aujourd’hui d’accéder à des contenus étrangers n’avait pas encore sévi.

J’avais payé un abonnement sur Crunchyroll afin de pouvoir regarder des anime en J+1 c’est à dire qu’ils venaient d’être diffusés la veille au Japon. À l’époque, c’était absolument révolutionnaire de pouvoir regarder des anime aussi récents sur une plateforme légale, c’est d’ailleurs cette formule qui inspirera le J+1 de J_One.

En baladant mon ennuie sur le site, par un concours de circonstance que je ne m’explique pas, j’étais tombé sur ce visuel :

hotaru no hikari cover
Hotaru no Hikari TV Drama

Une jeune femme à la cambrure surnaturelle qui lit un manga en me regardant droit dans les yeux.

Intrigué par la peau du bas de son dos, je cherchai à savoir si cette charmante personne était l’héroïne d’un drama ecchi qui aurait atterri sur Crunchyroll afin que je tombe amoureux de quelqu’un que je ne rencontrerai jamais. Au lieu de cela, j’ai découvert une série TV japonaise tellement drôle, des personnages si attachants que j’ai failli oublié que c’était un drama et que je ne regarde pas de drama habituellement.

 

No more drama, No more pain

 

Hotaru no Hikari est un drama adapté d’un manga duquel il tire son nom.

Amemiya Hotaru travaille en tant qu’assistante de direction pour une célèbre entreprise de design d’intérieur. Autant la jeune femme est passionnée par son travail, autant elle manifeste beaucoup moins d’entrain à agrémenter sa vie privée des activités que l’on attend d’une femme de son âge. En effet, dans une société nippone où les femmes atteignent leur date de péremption à l’âge de 30 ans, Amemiya-san vit seule, et quand elle ne travaille pas, elle occupe ses jours de repos en buvant de la bière bien fraiche et en mangeant des chips devant des programmes TV inintéressants. Amemiya n’éprouve pas d’animosité envers les hommes, bien au contraire, sa personnalité vive et pétillante l’a rend extrêmement attachante, le problème d’Amemiya n’en est pas un pour elle, elle ne se sent pas inspiré par une relation avec un homme qui l’obligerai à sortir de sa zone de confort pour épouser l’enfer du quotidien, cette routine funeste qui lui donnerait l’impression d’être devenue l’esclave de sa propre vie.

Voilà pourquoi après une dure journée de travail, la luciole se réfugie dans son futon comme dans un cocon protecteur au top de l’enjaillement.

Pourtant un jour, sa quiétude est troublée par l’arrivée du fils de son propriétaire qui ne savait pas que son père avait loué sa maison à Amemiya. Takano « Buchou » vient de se séparer de la mère de ses enfants et comme il faut bien atterrir quelque part, le jeune boss de 41 ans a choisi de revenir dans la maison d’un père auquel il n’a pas donné de nouvelles depuis des années. L’arrivée du fils du propriétaire n’est pas le seul quiproquo dans lequel la jeune femme se retrouve, en effet, le fils du propriétaire n’est autre que le chef du département dans lequel elle travaille ! Quelqu’un de charmant qui la traitera un jour de « poisson séché qui retrouve le chemin de l’océan ».

Plongez vous sans plus tarder dans cette histoire qui ne manque pas de piments car sous couvert d’un ton comique et léger, Hotaru no Hikari n’hésite pas à faire voler en éclats les traditions qui parfois enferment les femmes et les hommes dans des schémas de vie préconçus.

Le sujet du célibat de la nouvelle génération de femmes japonaises est habilement abordé en plus de celui de la différence d’âge dans les couples modernes notamment à travers Teshima Makoto, un jeune designer d’intérieur qui vient jouer les troubles fêtes au sein de l’entreprise.

N’hésitez à découvrir cette histoire qui, au fond, vous invite à laisser la petite luciole en vous devenir l’étoile montante du déconfinement.

Hotaru no Hikari 1

Mangaka : Hiura Satoru

Magazine de prépublication : Kiss Magazine

Éditeur Japonais : Kodansha

Diffuseur TV : NTV

Boite de production du Drama : Suiyou Drama

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.