Hentai, quand le Ecchi bascule dans l’horreur

Parfois la vie n’est qu’une suite de concours de circonstances qui vous mènent là où vous n’auriez pas dû être. Enfant, votre rêve était de devenir journaliste, réalisant avec soin des reportages de qualité, laissant autant la place à l’émotion qu’à l’objectivité de la rigueur, le récit le long d’un fil conducteur subtil donnant l’impression au téléspectateur d’explorer à travers vous les images qu’il découvre.

Hentai horror manga13
« If you don’t know, now you know. » Notorious Big

La barre est haute, vous faites des études qui vous coutent un bras, le cœur tendre et les idées claires, appliquée comme peu l’ont été avant.

Lorsque vous décrochez le poste de vos rêves au sein d’un journal qui traite de l’occulte à aucun moment vous ne croyez en leurs histoires, vous vous dites simplement que cette ligne sur votre CV vous permettra de vous aguerrir, votre esprit rationnel s’en ira chasser les rumeurs, déconstruire les légendes urbaines et, pourquoi pas, prendre une photo d’un fantôme de profil qui aurait eu le malheur d’exister réellement.

Vous proposez constamment de nouvelles idées de reportage, la première sur le front, vous insistez lorsque l’on vous mets en garde de telle manière qu’un jour vous vous retrouvez dans un appartement aux sombres résonances ésotériques, jeune reporter intrépide armée de son smartphone, baladant son œil alerte dans l’appartement à la recherche de preuves qui prouvent que vous avez eu tort d’être aussi confiante.

Vous avez juste à faire un pas pour qu’un frisson glacial paralyse votre corps, votre tension monte d’un coup, le sol reste le même pourtant vous avez eu l’impression d’avoir changer de monde en un clin d’œil lorsque le son d’une voix sortie de nulle part vous a retourné l’esprit.

Personne ne vous a dit qu’un jour vous rencontreriez votre destin à l’intérieur de cet appartement dans lequel un ami qui regrette de vous avoir accompagner vous avait pourtant déconseiller de pénétrer.

A ce qu’il parait, votre espérance de vie est réduite à un mois comme tous ceux qui, comme vous, ont voulu tordre le coup à la rumeur. Tous sont morts exactement un mois après avoir visité cet appartement. Pour chacun, la mort a pris le soin de se montrer créative afin de leur offrir un dernier moment inoubliable.

Il ne vous reste plus qu’à rentrer chez vous, boire un verre d’eau, prendre une douche, respirer par la bouche puis allumer votre ordinateur afin de titrer votre article « Je vais mourir dans un mois ». Si vous l’annoncez avant à des témoins et qu’un mois après devant ces mêmes témoins vous mourrez d’une manière inexplicable, personne ne pourra remettre en cause l’histoire de Yuko Natsuki.

Auteur : Kaisha Ryu

Mangaka : Umemaru

Magazine de prépublication : Gekkan Young Magazine

Éditeur japonais : Kodansha

Hentai horror manga
« Hentai » de Kaisha Ryu et Umemaru

Hentai horror manga2Hentai horror manga 3Hentai horror manga 4Hentai horror manga 5Hentai horror manga6Hentai horror manga7Hentai horror manga8Hentai horror manga9Hentai horror manga10Hentai horror manga11Hentai horror manga 12Hentai horror manga13ohayo Hentai cover

Je déteste le conditionnel car chaque fois qu’on l’emploie, on se souvient de ce que l’on a perdu. « Ah… J’aurais dû » – Otaku Desuka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.