Joshikousei to Seishokusha-san, la fatigue d’un prof

Une élève qui aime un peu trop son prof.

Je ne suis pas devenu prof pour une raison simple, l’école n’intéresse pas les élèves. Et cette attitude est réciproque car les élèves n’intéressent pas l’école. L’école devrait faire du cas par cas pour chaque élève afin de s’adapter à la compréhension de chacun. Elle n’en a pas les moyens et ne se les donnera jamais. Du coup, si vous êtes bon, vous suivez le programme malgré l’ennui, vous rencontrez parfois un ou une prof compréhensive qui, sous le manteau, vous fera faire des exercices qui vous donnent envie de vivre.

Cependant, c’est extrêmement rare de tomber sur quelqu’un qui sort de son script de professeur respectant le programme. La plupart se contente de prendre leur cheque qui leur permettra de cofinancer leur groupe de potes artistes spécialisés dans les noeuds dans les cheveux.

L’école est l’endroit où toutes les frustrations se réunissent. Personne ne veut vraiment être là, tout est fait pour faire passer le temps plus vite, meubler la galère avec des idées plus tordues les unes que les autres.

Allumer un prof mignon et sympa est le passe-temps favori des jeunes filles qui commencent à fleurir. Or, je suis mignon et sympa donc je sais à quoi j’ai échappé.

Je suis devenu beau lorsque l’une des copines de ma petite sœur est tombée amoureuse de moi. Ce sont les copines de ma petite sœur qui m’ont fait éprouver la sensation d’être beau dans le sens de plaire vraiment aux filles. Avec les filles de mon âge, je n’ai jamais ressenti cela. Le beau était un noir plus clair que moi qui me riait au nez lorsque l’on me disait que j’étais moins beau que lui. Et puis, pour les filles de notre âge, on est sympa mais immature dans le sens où on n’a pas d’argent à leur donner, ni de voiture pour venir les chercher ou d’appartement pour les recevoir afin de surement les aider à faire leurs devoirs.

Dans la tête d’une jeune fille en fleur

Diabolo Fraise Piquante

Si j’étais devenu prof, je me serai fait emmerder comme le professeur de Joshikousei to Seishokusha-san, ce manga de Zaisei Roro à l’aspect graphique impeccable. Un prof devant faire preuve d’un stoïcisme de tous les instants face à la perversité de certaines élèves. Je pense sincèrement qu’il aurait été plus facile de résister si les formes des élèves avaient été moins bien dessinées.
Et puis rajouter à cela le fait de ne même plus pouvoir chier tranquille et de se retrouver nez à nez avec la présidente du comité de la moralité scolaire qui pense que vous scrutez les sous-vêtements des élèves de cet établissement réservé aux filles pour ensuite vous réfugier aux toilettes afin de vous masturber.

L’effroyable Amajiki-san

Personne ne lui a dit que les petites culottes, ça n’excite que Tortue Géniale ou Maitre Ernestin. Tout le monde ne partage pas le fétichisme des sous-vêtements. Je n’ai jamais rencontré qui que ce soit qui s’est mis à saigner du nez après avoir vu quelqu’un en sous-vêtements. À moins que la fraicheur des sous-vêtements ne soit pas assurée.
C’est la beauté du corps d’une femme joliment potelée qui rend le sous-vêtement excitant. Le sous-vêtement apporte de la perspective à la nudité, le spectateur veut faire durer ce moment pour l’éternité en retardant au maximum le moment où les sous-vêtements sont retirés. Après une performance artistique réalisée par une femme de haut niveau, vous aurez sans doute envie de lui acheter de la lingerie afin de lui faire comprendre que vous souhaitez prolonger ces moments où elle vous subjugue. En dehors de ça, les dessous affriolants ne seront pas votre principale sujet de conversation. Vous vaquez de manière naturelle à vos occupations mais cela ne suffira pas à rassurer la pugnace élève de notre personnage principal.
D’autant que malheureusement pour notre austère professeur, cette présidente du comité de la moralité scolaire ne sera pas la seule épine sur son chemin de croix. Chacune à leur manière, ces élèves sauront lui faire vivre un chapitre de La Divine Comédie de Dante.
On vous invite à lire Joshikousei to Seishokusha-san, un manga où le prof apprend beaucoup de ses élèves.

Mangaka : Zaisei Roro

Magazine de prépublication : Take Shobo

Éditeur japonais : Kissca

Extraits du manga :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.