Bikachou Shinshi Kaikoroku, le journal intime d’une prostituée

Aujourd’hui, on vous explique pourquoi vous n’avez pas besoin de coucher pour réussir.

bikachou-shinshi-kaikoroku manga adulte
Bikachou Shinshi Kaikoroku de ANNO Moyoko

Dans la vie, on se couche parce qu’on a sommeil. On couche avec quelqu’un qui nous plait car on est libre et qu’on assume notre liberté. On couche par curiosité.
On couche aussi parce qu’on a trop bu et on se réveille avec une tête en bois, la gueule en biais et l’autre qui nous regarde de travers.


Mais les histoires de coucher pour réussir ne trouveront jamais en moi un écho favorable, elles ne sont racontées que par celles qui ne savent rien faire d’autre et qui voudraient vous faire croire que vous aussi vous ne savez rien faire d’autre. D’ailleurs, c’est vrai. Si un jour, vous lisez cet article, vous l’aurez surement lu après avoir couché pour réussir. Personne ne lira cet article pour se mettre sur le chemin de la réussite car c’est plus facile d’écouter un mensonge que de lire une vérité.

Coucher ne vous offre aucune garantie, au contraire, maintenant qu’une sextape sur vous peut surgir à n’importe quel moment sur internet, vous êtes dans la poche de celui ou de celle qui vous a piégé. Lorsque le piège se referme, vous êtes sa pute, une monnaie d’échange pour pouvoir prendre une photo avec Kanye West, une variable d’ajustement pour obtenir un sponsor éphémère, un investissement qu’il espère amortir rapidement. Ne vous plaignez pas car dans 2 ans vous ferez la même chose pour une place de parking, la redescente en gamme sera passée par là, signe que maintenant, c’est à vous de recruter une fille qui veut réussir.
Celui qui vous a piégé peut vous sortir de sa poche quand il veut. Sa poche est pleine de mignons aux corps bodybuildés avec lesquels il vous mettra en couple en début d’été afin d’ambiancer votre instagram. Et afin que vous n’oubliez jamais qui est le mâle dominant, votre proxénète vous offrira pendant une semaine à l’un de ses meilleurs clients pendant qu’il tamponnera sauvagement les fesses musclées de votre amour d’été.

Je ne voudrais pas donner l’impression que j’éprouve un quelconque ressentiment pour un proxénète. Le proxénète utilisera toujours les mêmes outils, les mêmes artifices pour attirer des aspirantes dans ses filets. Du temps des jeux du cirque on faisait miroiter à une jeune femme de pouvoir rencontrer le gladiateur le plus en vue du moment, aujourd’hui, on attire des jeunes femmes dans des Chicha car on leur explique que Mbappé et Mahrez passent par là de temps en temps. Peu savent que le gladiateur est un gigolo vendu de la même manière par le proxénète.

La mémoire du siècle

Colette et son client

Le manga du jour prend place au début du siècle dernier, dans le Paris interlope qui fait rêver les touristes qui visitent Pigalle. Cette œuvre grandiose nous raconte l’histoire de Colette, une prostituée officiant dans un bordel situé à l’ombre de la Belle Époque. Comme de nombreuses jeunes femmes qui, de tout temps, ont été attirées par les lumières de la ville et l’illusion de la modernité, Colette s’est laissée happée par le chemin qui l’a mené dans cette maison close. Au départ, on rêve d’Arletty puis l’attrape-rêve fait son œuvre et on se retrouve là où la plus sordide des réalités nous rattrape, partageant un lit pour une nuit courte avec une collègue, posant les habitudes des clients dans un journal intime.
Le bestiaire de clients ressemble à ce que la sociologie du pouvoir produit partout sur Terre.

bikachou-shinshi-kaikoroku manga adulte
Ernesto Manie, membre actif du bestiaire de clients


Des hommes du monde ayant fait fortune dans les mines du Nord où dans les colonies. Des propriétaires de grands magasins des artistes qui recherchent l’inspiration en explorant le corps de celle qui se vend. L’un d’eux ne trouve jamais mais il fait preuve de persévérance. Il reviendra la prochaine fois pour vous immortaliser dans un tableau qui traversera les siècles. D’autres préfèrent porter des couches afin de pisser dedans.

Pour survivre à l’enfer quotidien, Colette rentre dans un personnage qui lui permettra de mettre une distance entre le client et son corps. Ce personnage de sa composition est une femme qui n’est choquée par rien, ouverte à tout, jamais à court de bons mots pour mettre à l’aise des clients qui viennent meubler leur solitude. Elle ne sort de son personnage que débriefer la journée avec ses consœurs ou pour se réfugier dans les bras de Léon, le gigolo qui vit à ses crochets. Puis il s’en ira dépenser l’argent de Colette dans la gnole, les paris et les femmes car pourquoi se priver ?
Il n’y a qu’une femme amoureuse qui puisse entretenir quelqu’un qui lui promet chaque jour de lui racheter sa liberté.

Le debriefing de la journée

C’est d’abord le trait de ce manga qui nous attire et nous retient là où on pensait ne faire qu’un petit tour, l’air de rien. On flâne dans ce manga comme dans la rue de la Folie-Mericourt en 1905, fort d’un graphisme art nouveau, des lignes claires, des visages aux expressions propres à chacun. Anno Moyoko qui, au civil est la compagne de Anno Hideaki, est au sommet de son art dans ce manga datant de 2013 qui ne comporte que deux volumes. On consacrera prochainement un dossier à cette artiste incroyable qui a le don d’écrire des histoires qui nous parlent et bousculent les idées reçues.

On vous recommande vivement ce manga qui se lit comme un livre ouvert sur un monde de fantasmes plein d’images réelles et crues.

Mangaka : ANNO Moyoko

Magazine de prépublication : Feel Young

Éditeur japonais : Shodensha

Extraits du manga :

Laisser un commentaire