Ayashimon, les Yakusa Yokai

ohayo-ayashimon_2_1-cover-article

On sait qu’on lit un bon manga lorsqu’on ne peut s’empêcher de lire chapitres après chapitres en faisant défiler les pages sans se rendre compte de notre appétit pour cette lecture.

Urara-Sama

« Murder she wrote »

Pourtant, parfois, il est possible que le flair se fasse abuser par le Fan_service, que ce soit du Nekketsu Fan_service, du Ecchi Fan_service ou tout autre formes de Fan_service. Néanmoins, le recul dont nous disposons grace au bon nombres de nouveaux mangas que nous vous avons présenté ici depuis 2014, l’œil qui se la raconte, l’œil goguenard qui soupèse le pour et le contre pour savoir si on tient une pépite ou pas nous permet de faire de longues phrases lorsque notre dévolu se pose sur un manga.

Supervisé depuis quelques mois par nos soins, Ayashimon est le nouveau manga de Kaku Yuji, mangaka du fabuleux Jigokuraku que l’on aurait bien aimé voir durer plus longtemps.

L’enfance difficile de Maruo


Maruopol

Ce manga nous raconte l’histoire de Maruo, un surhomme (ou Marebito selon Urara) qui tire sa force des mangas qu’il lit. Après avoir vécu une enfance difficile, ponctuée de bastonnades incessantes administrées par un père inhumain, le héros de ce manga qui ressemble à l’air du temps a développé une force physique quasi surhumaine.
Ces bagarres récurrentes ont causé tant de remous qu’elles ont finit par attirer l’attention de Urara, la fille illégitime du Boss Kioh, l’Oyabun des Yokai qui s’en vient réclamer vengeance là où personne ne soupçonnait son existence.
Cette jeune femme qui se sert des gens comme des pions qu’elle sacrifie pour atteindre ses objectifs, entend monter son propre gang afin de détruire l’héritage de son père. Maruo suivi très vite par un yokai qui peut traverser le plancher constituent les premières pièces de son échiquier. Des pièces qu’elle dispose sur le chemin de sa vengeance.

Le charisme du Boss de la Faction Enma

L’Omni-Bureau

Ayashimon est à mi-chemin entre One-PunchMan, pour le coté force brute du héros, Tokyo Revengers et Sanctuary pour la culture Gang et Mafia et Mieruko-chan car Ayashimon fait la part-belle aux Yokai.

On a toujours des craintes quant à la longévité d’un shonen lorsque le personnage principal est trop puissant mais le virage Tactical RPG que prend le manga lorsqu’on avance dans les premiers chapitres nous fait comprendre que la force brute ne suffira pas.

Numéro 11, l’un des sympathique agent de L’Onmyo Bureau

Et puis, on apprécie le mystère qui plane autour de l’Onmyo Bureau et de ses agents chargés de réguler les activités de la pègre des Yokai, d’un niveau proche des chefs de gang, ces électrons libres apportent cette part d’incertitude qui rend l’intrigue solide.

Sous oublier le charisme incroyable des quatre principales factions de Yakuza Yokai !

On vous invite à découvrir légalement et gratuitement Ayashimon en simulcast avec le Japon sur MangaPlus.

Kotton, le Boss d’une des 4 principales Factions

Rejoignez notre groupe « Ayashimon Alliance » sur Facebook !

https://www.facebook.com/groups/1405278603258321

Références :

Mangaka : Kaku Yuji

Magazine de prépublication : Shuukan Shonen Jump, MangaPlus.shueisha

Éditeur japonais : Shueisha

Laisser un commentaire