Yofukashi-no-Uta, quand la nuit vous vampirise

ohayomagazine yofukashi no uta cover manga
ohayo!magazine yofukashi no uta - nazuna nanakusa
Nazuna Nanakuza et ses consoles qui l'aident à tuer le temps

Hier soir, j’ai rencontré un vampire.

J’avais soif, je n’arrivais pas à dormir donc je suis sorti faire un tour du pâté de maison puis, de fil en aiguille, je me suis retrouvé plus loin. L’insomnie me force à parcourir mes pensées, je ne dors plus donc je me balade, j’espère rencontrer la nuit vu qu’elle ne sait plus où se trouve ma chambre, elle ne me rend plus visite, le jour ne s’arrête pas.

ohayo!magazine - Kou Yamori - Yofukashi no Uta
Kou Yamori, le héros qui se fait voler la vedette

Celle qui incarne la nuit

En croisant trois ivrognes avachis sur un banc, je me suis dis que j’allais essayer une bière car la nuit m’enveloppe, j’ai l’impression que personne ne me voit. Elle m’a demandé si j’étais mineur, qu’est ce que je fais là à cette heure-ci à hésiter devant une bière dans un distributeur automatique. Elle apparut comme si elle était sorti de nulle part, comme si elle était là depuis tout à l’heure, j’avançais sans savoir que j’entrai sur son territoire. Pas vraiment belle, une drôle de tenue mais un charme étrange qui fait que sans m’en rendre compte, nous sommes en train de faire connaissance. On se retrouve dans son appartement qui ressemble à ces appartements délabrés où les yokais aiment venir se détendre. En une nuit blanche, j’en ai appris beaucoup.

Contrairement à l’idée reçu, on ne devient pas forcément un vampire parce qu’un vampire nous a mordu. En effet, on ne devient un vampire que lorsque le vampire qui nous a mordu est tombé amoureux de nous. Si on ne remplit pas cette condition, le vampire peut se délecter de notre sang comme bon lui semble tant que notre sang est à son gout.
Et comme sa vie m’intéresse plus que la mienne, j’ai envie de devenir comme elle.

Malheureusement pour nous, nous avons été mordus par ce manga du genre romance vampire alors que ça n’est pas le genre de la maison. Si on ne vous a jamais parlé d’un manga iconique comme Tokyo Ghoul qui n’est pas à proprement parler un manga de vampire mais une oeuvre mettant en scène des ghouls qui ne se contentent pas du sang des humains vu qu’ils les mangent aussi, c’est parce que les mangas qui tournent autour du principe symbolique de cannibalisme ne nous intéressent pas.

Qu’un personnage parmi d’autres le soit, passe encore mais tout une trame tournée autour de la soif et de la faim pour la chair humaine, non merci, ça n’est pas au menu du restaurant Ohayo.

Cependant, si on arrive à faire abstraction du thème pour se concentrer sur la qualité des interactions entre les protagonistes, dans l’écriture et la mise en scène, il y a tout ce qu’on aime dans un manga, des personnages cohérents, surprenants, des dialogues drôles et intelligents qui permettent à l’histoire d’être distillée peu à peu. Un peu comme si l’infirmière qui vous a fait votre prise de sang était une vampire qui vous explique comment faire du sang un vin délicieux. Forcément, cela va vous intriguer.

On apprécie le style d’écriture de Kotoyama qui, comme dans Dagashi Kashi, son précédent manga, aime centrer son histoire autour d’une relation intime et légère entre un jeune homme et une jeune femme d’aujourd’hui.

On vous invite à découvrir ce manga qui revisite les codes de la comédie romantique et on attend avec impatience son adaptation animée qui devrait être lancée en Juillet 2022.

ohayo!magazine Yokufashi no uta
Ohayo!Magazine - Affiche officielle de l'anime Yofukashi no Uta
Affiche officielle de l'anime
ohayomagazine-yofukashi-no-uta-cover-shuukan-anime.jpg
Le clin d'oeil du Shuukan Shonen Sunday à l'adaptation animée du manga

Références /:

ohayo!magazine yokufashi no uta - nanakuza
Mangaka

Kotoyama

ohayo!magazine - Kou Yamori - Yofukashi no Uta
Magazine

Shuukan Shonen Sunday

ohayo!magazine yofukashi no uta - nazuna nanakusa
Éditeur japonais

Shogakukan

Laisser un commentaire